Publications de Presse Burundaise, Rohero I Avenue de la JRR N°17 Immeuble le SAVONNIER, Téléphone standard : (257) 22 22 62 32, Fax :(257) 22 22 58 94, email: pressequotidienne@yahoo.fr

ZONE GIHOSHA RURAL> Grogne de la population suite au non achèvement de la construction d’un caniveau

La population tire la sonnette d’alarme

 

DSC 003Le non achèvement de la construction d’un caniveau,des fissures sur certaines clôtures ainsi que des caniveaux non curés font objet de lamentation de la population de la zone Gihosha rural.C’est le constat du quotidien Le Renouveau le mardi 27 janvier 2017

Certaines maisons de la zone Gihosha rural située dans la commune Ntahangwa risquent de s’écrouler si rien n’est fait dans le sens de les protéger. Un tuyau de la Regideso qui transporte l’eau dans certains ménages est aussi exposé au danger. Ce tuyau est toujours exposé au soleil accablant, aux eaux usées en provenance des ménages et celles des pluies car il n’est pas couvert. Sans doute qu’il explosera un jour. Le quotidien burundais d’informations « Le Renouveau » l’a observé lors de son passage dans ce quartier. Tout cela est dû à un caniveau dont la construction n’a pas été achevée.
Interrogé à propos de ce caniveau, un habitant de cette localité a répondu qu’il a été tracé dans le but d’acheminer les eaux qui proviennent des montagnes qui surplombent la capitale Bujumbura et celles provenant de certains ménages. Ces eaux avaient causé des dégâts sur certaines maisons et clôtures, et y ont provoqué des fissures. Pour les protéger, les habitants de cette localité ont rangé des sacs contenant du sable tout au long de ce caniveau. Il a ajouté que c’est pendant la saison pluviale, que l’on observe des eaux qui dépassent le bord de la route tout en l’endommageant.
Aujourd’hui, quand la pluie tombe, le sable contenu dans les eaux de ruissellement s’entassent dans le caniveau et débordent. C’est le chef du quartier et ses collaborateurs qui ont tenu une réunion pour demander une cotisation à chaque ménage de cette localité afin de pouvoir creuser ce caniveau. Il a été creusé, mais les travaux se sont arrêtés avant qu’ils prennent fin. Le non achèvement de ces travaux est peut être lié à l’insuffisance des cotisations suite à un nombre restreint des habitants dans cette localité. Notre interlocuteur a demandé aux autorités concernées d’intervenir dans les meilleurs délais avant que la situation ne s’empire.

EVELYNE HABONIMANA (Stagiaire)

 

Ouvrir