Publications de Presse Burundaise, Rohero I Avenue de la JRR N°17 Immeuble le SAVONNIER, Téléphone standard : (257) 22 22 62 32, Fax :(257) 22 22 58 94, email: pressequotidienne@yahoo.fr

Environnement> L’érosion ravinante menace le pont sur la Ntahangwa (Centre)

Un système de protection sur sa rive droite serait important

 

DSC 1286Le pont sur la Ntahangwa (centre) est menacé par l’érosion ravinante sur sa rive droite. Si rien n’est fait pour avorter cet aléa, les conséquences pourront être graves.

 

Lors des travaux de protection de ce pont en 2015, un système adéquat de protection a été mis en place. Sur la rive gauche de cette principale artère de la ville de Bujumbura, les berges ont été protégées sur environ 50m de longueur. Mais sur sa droite, on s’est limité à seulement 20m environ.
Sur cette rive, à une quinzaine de mètres, un caniveau d’évacuation, qui collecte les eaux des environs de la station Top One, se déverse dans la Ntahangwa. Son embouchure n’a pas été protégée. De là, une érosion, en même temps régressive et ravinante prend naissance y ouvrant une bouche d’un ravin. S’il n’est pas maîtrisé immédiatement avant qu’il ne se développe, ce ravin va connaître une évolution bidirectionnelle : vers l’aval de la rivière, donc vers le pont et vers la station Top One en suivant le sens du caniveau.

Intervenir avant qu’il ne soit tard

Cette érosion n’est pas seulement due à cette embouchure non protégée. Elle est également anthropique. Il y a des gens qui s’y rendent pour prendre le bain. Ils piétinent et détruisent le couvert végétal en y créant des sentiers. Une certaine quantité des eaux de ruissellement suit alors le sentier tracé par ces gens. Ces eaux de ruissellement, en suivant ces sentiers, se concentrent rapidement. Puisque rien ne les intercepte, elles augmentent de vitesse et leur action érosive s’accroît, ce qui rend vulnérable à l’érosion par éboulement, ce sol fait totalement de débris (alluvions) y déposés par des eaux lors des fortes pluies.
Aussitôt que ce danger se révèle donc, il serait beaucoup plus nécessaire d’agir au moment opportun et protéger cette rive droite comme cela a été fait sur l’autre rive. De la sorte, cette infrastructure très dispendieuse sera mise en sécurité.
Les gens qui y prennent des bains devraient savoir que ces eaux de la Ntahangwa sont polluées de diverses façons . Les eaux usées provenant de certains garages, versées dans des caniveaux qui aboutissent dans cette rivière, contiennent des métaux lourds comme l’arsenic et le plomb, le plus souvent contenus dans le carburant. Ils peuvent leur causer des inflammations du corps.
Jean Bosco Nkunzimana(Stagiaire)

Ouvrir