Publications de Presse Burundaise, Rohero I Avenue de la JRR N°17 Immeuble le SAVONNIER, Téléphone standard : (257) 22 22 62 32, Fax :(257) 22 22 58 94, email: pressequotidienne@yahoo.fr

Hôpital de Karusi> Les problèmes rencontrés par les malades hospitalisés

Ils font face à la pauvreté

 

DSC 1562L’hôpital de Karusi est situé au chef-lieu de la province de Karusi. Il accueille les populations de ladite province mais aussi celles des communes frontalières. Cet hôpital accueille les patients en grande partie démunis. C’est pour cette raison qu’ils ne trouvent pas facilement les frais pour payer l’hospitalisation. Et, par conséquent, certains préfèrent rester à la maison et d’autres se décident à la dernière minute au moment où leur état de santé s’est déjà aggravé.

 

Immaculé Mbonabuca est une garde-malade de son enfant hospitalisé à l’hôpital de Karusi. Elle est originaire de la commune Shombo. Elle précise qu’avant d’amener son enfant audit hôpital, elle a commencé à le soigner elle-même : « J’ai vu des signes que l’enfant manifestait. Je me suis décidée à le soigner moi-même. Je lui ai donné des médicaments contre les maux de tête. Mais la fièvre diminuait un peu et puis remontait après. J’ai fait la même chose pendant quatre jours. Quand j’ai constaté que l’état de santé de mon enfant s’aggravait au lieu de s’améliorer, je me suis décidée à l’amener à l’hôpital de Karusi. Et, le médecin qui l’a consulté a décidé de l’hospitaliser parce qu’il a trouvé que l’enfant était gravement malade. Je n’avais pas le choix, mais j’ai eu peur puisque je n’avais pas l’argent requis pour payer les frais d’hospitalisation », a-t-elle révélé.
Mme Mbonabuca a ajouté que pendant le séjour à l’hôpital de Karusi, elle ne trouvait pas de quoi manger ou de quoi nourrir son enfant. Elle a affirmé qu’elle vivait de la nourriture que les autres garde-malades lui donnaient. Et, pour payer l’hôpital, elle a dû vendre une partie de sa parcelle cultivable.

L’ignorance entrave le développement dans le domaine de la santé

Notre source a aussi fait savoir que l’ignorance fait que certaines gens ne vont pas consulter dans les structures de soins. Ces dernières se disent qu’elles peuvent reconnaître la maladie dont quelqu’un souffre quand elles regardent les signes. Et, au lieu d’aller consulter un médecin en cas de maladie, elles préfèrent aller chercher un médicament directement.
Mme Mbonabuca demande alors aux bienfaiteurs d’appuyer les populations en général et celles de la province de Karusi en particulier dans les activités génératrices de revenu afin qu’elles soient capables de se prendre en charge au moment où elles sont malades. Elle demande au gouvernement de sensibiliser la population de ladite province sur les avantages d’aller se faire soigner à temps.
ROSE MPEKERIMANA

Ouvrir