Publications de Presse Burundaise, Rohero I Avenue de la JRR N°17 Immeuble le SAVONNIER, Téléphone standard : (257) 22 22 62 32, Fax :(257) 22 22 58 94, email: pressequotidienne@yahoo.fr

PROGRAMME CONJOINT> La santé sexuelle et reproductive des adolescents

L’éducation sexuelle est une affaire de tout un chacun

 

Le projet « Programme conjoint » vise à améliorer la santé sexuelle et reproductive des adolescents et des jeunes au Burundi. Ce projet concerne toutes les provinces du pays et il est exécuté par les organisations UNFPA, Care Burundi, Cordaid, RUTGRS avec leurs partenaires, entre autres la Fvs /Amade Burundi.

 

Selon Gordien Iradukunda, chargé de programmes à la FVS/Amade Burundi, le programme conjoint vise des objectifs à atteindre pour que les jeunes et les adolescents scolarisés et non scolarisés soient autonomes et jouissent d’une bonne santé sexuelle et reproductive. Ainsi, ces jeunes doivent avoir accès à une information correcte et complète sur la santé sexuelle et reproductive ainsi que des capacités de faire leurs propres choix afin d’adopter des attitudes favorables et des pratiques responsables en rapport avec leur santé sexuelle reproductive.
Notre source a indiqué que ce projet cible les jeunes non-scolarisés de 10 à 24 ans de la communauté à travers les associations, les centres jeunes, etc. Pour les jeunes scolarisés, le projet cible ceux de l’Ecole fondamentale et post- fondamentale. Il a indiqué que dans les écoles, on forme trois élèves et trois encadreurs pour chaque école afin qu’à leur retour ils aillent former les autres élèves. Il a précisé qu’on choisit les élèves qui sont dans les clubs de santé et leurs encadreurs. A ce sujet, M. Iradukunda a révélé que les élèves et leurs encadreurs qui ont déjà bénéficié de cette formation sont dits satisfaits, car le module est très intéressant. Parlant du module qu’on utilise dans la formation, notre interlocuteur a fait savoir qu’il est intitulé « Le monde commence par moi ». Cela signifie qu’il est nécessaire que chaque jeune comprenne que, si les changements commencent par soi, le monde va changer, pour dire que les jeunes peuvent jouer un rôle très important pour changer le monde.
M. Iradukunda a fait savoir que le projet est encore au début et les résultats sont satisfaisants, même s’il n’y a pas encore de résultats palpables. Il a lancé un appel à tout le monde en rappelant que la sexualité est une chose normale même si dans notre pays elle reste encore un tabou. C’est pour cette raison qu’il a invité les parents à approcher leurs enfants pour leur faire bénéficier d’une information correcte sur la santé sexuelle et reproductive. Il a signalé que l’éducation sexuelle est une affaire de tout un chacun.

FIDES NDEREYIMANA

Ouvrir