Publications de Presse Burundaise, Rohero I Avenue de la JRR N°17 Immeuble le SAVONNIER, Téléphone standard : (257) 22 22 62 32, Fax :(257) 22 22 58 94, email: pressequotidienne@yahoo.fr

Environnement> Victimes d’inondation par la rivière Kanyosha

Quand il pleut, l’eau ruisselle vers les maisons

 

La rivière Kanyosha ainsi que d’autres rivières qui traversent la ville de Bujumbura constituent une menace pour la population qui construit tout près de ces dernières. Le cas de la rivière Kanyosha, du côté du quartier nommé « Kibenga rural », est une illustration parlante.

 

Comme nous l’avons constaté, les gens qui habitent tout près de la rivière Kanyosha mènent une vie difficile. Selon Iyakaremyeniyikamena Jean Luc qui habite dans ce quartier, quant il pleut, les gens risquent de se noyer. Même s’il ne pleut pas abondamment, la rivière Kanyosha déborde. Il se fait que ces maisons sont construites dans un espace se trouvant entre le lac Tanganyika et la rivière Kanyosha.
M. Iyakaremyeniyikamena a indiqué que quand la rivière déborde, l’eau coule avec beaucoup de saletés. Par conséquent, les gens surtout les enfants tombent malades ils souffrent entres autres des vers intestinaux du gonflement des jambes, etc.
Chantal Niragira, est une jeune femme d’une vingtaine d’année. Elle habite dans une maison inachevée avec son mari et son enfant. Cette maison est boueuse car chaque fois qu’il pleut, l’eau ruisselle vers l’intérieur de la maison. «On a essayé de protéger la maison avec les sacs remplis de sable mais en vain», dit-elle.
Mme Niragira a fait savoir que ce n’est pas leur propre maison, elle appartient plutôt à quelqu’un qui était entrain de construire avec les matériaux durable mais a constaté par après qu’il ne peut pas vivre dans cet endroit suite à la rivière Kanyosha. Cette maison est presque abandonnée. Mme Niragira a également révélée que quant il pleut, les habitants sont obligés de quitter les lieux afin de ne pas être noyer. Ce qui est encore grave, en cet endroit, il n’y a pas de latrines. A la question de savoir où ils vont pour se soulager, ils ont préféré garder le silence.
Enfin, Flora Nijimbere révèle qu’elle aussi vit dans les conditions similaires que les autres de cette localité. Elle indique qu’elle est gardienne de cette maison car elle ne paie pas loyer. Elle vit dans une maison inachevée, elle aussi n’a pas de latrine, elle n’a aucune assistance. Mais, elle a fait savoir que de temps en temps la Croix-rouge du Burundi les assiste en leur donnant des ustensiles de cuisine, les vêtements, etc. Tous les habitants de cette localité demandent au gouvernement de tout faire pour protéger les bordures de la rivière Kanyosha afin que l’eau ne déborde plus.
Lucie Ngoyagoye

Ouvrir