Publications de Presse Burundaise, Rohero I Avenue de la JRR N°17 Immeuble le SAVONNIER, Téléphone standard : (257) 22 22 62 32, Fax :(257) 22 22 58 94, email: pressequotidienne@yahoo.fr

MAIRIE DE BUJUMBURA> Manque de lieux d’aisance dans certains marchés

La population se soulage dans la nature

00000azermlmlmL’hygiène de certains marchés publics est très douteuse. Le manque de lieux d’aisance ajoute le drame au drame. La rédaction du journal Le Renouveau s’est rendue, le lundi 6 janvier 2020, au petit marché de Mutanga Nord (Connu sous surnom de Ku kabasazi) et  au nouveau marché de Mutanga Sud. Le constat est que les gens de ces deux marchés n’ont pas de lieux d’aisance, et que par conséquent ils se soulagent dans la nature.
Se trouvant dans deux zones et communes différentes mais frontalières, les deux marchés se séparent par la rivière Ntahangwa, et ont en commun le problème de manque de lieux d’aisance. A peine, chacun d’entre eux dispose d’un lieu d’aisance mal habilité et qui fonctionne tant bien que mal.Le prénommé B. est un jeune homme rencontré dans la nature se trouvant tout près du petit marché dit Kukabasazi. Après s’être soulagé, il explique pour quoi lui et ses coéquipiers se soulagent dans cette nature. «Il arrive qu’il n’est plus possible de se retenir : raison pour laquelle beaucoup de gens préfèrent la nature en attendant qu’ils rentrent le soir chez eux ». A la question de savoir s’ils ne craignent pas d’attraper les maladies des mains sales, notre interlocuteur a signifié qu’il vaut mieux mourir demain. Il a ajouté qu’entre deux maux vaut mieux choisir le moindre. «Nous n’avons pas d’autre choix, nous sommes obligés de le faire ainsi même si nous sommes exposés à des conséquences néfastes ».Bélyse Niyonzima, vendeuse de légumes, a indiqué que cette situation inquiète également les femmes. « Ce lieu qui a été transformé en lieu d’aisance public constitue également un dépotoir des déchets provenant du marché. Les femmes risquent d’attraper les maladies infectieuses ». Elle affirme que l’unique toilette publique qu’a ce marché est en mauvais état. « Malgré sa saleté, de longues files d’attente s’observent, et à cela s’ajoute les 200 FBu que l’on paie». Nos interlocuteurs demandent à l’administration locale d’aider à régler cette situation afin qu’ils aient des toilettes et surtout propres. 

Le même scénario s’observe au marché de Mutanga sud

Le quartier de Mutanga Sud plus précisément à Mugoboka a été, pendant le deuxième trimestre de l’année 2019, la cible de l’épidémie de choléra. Plus d’une trentaine de personnes avaient été atteinte de cette épidémie qui avait frappé fort dans ce lieu avant que le gouvernement du Burundi, la Régideso et la Croix Rouge interviennent. Malheureusement, au nouveau marché de Mutanga sud, il y a une seule toilette qui comporte une seule place pour les hommes et une autre pour les femmes. Pire, celle des femmes n’est plus fonctionnelle  et celle des hommes était encore fermée jusqu’à 9h30 du lundi 6 janvier 2020 lors de notre passage.Par conséquent, il s’est observé des stands abandonnés et qui ont été transformés en lieu d’aisance. Si on analyse la situation qui prévaut dans ces deux lieux, il y a de quoi s’inquiéter pendant notamment cette saison pluvieuse.La rédaction du journal Le Renouveau n’a pas trouvé de responsable des deux  marchés de Mutanga Nord et de Mutanga Sud pour qu’ils s’expriment à propos de ce probléme.

Moïse Nkurunziza

Ouvrir