Publications de Presse Burundaise, Rohero I Avenue de la JRR N°17 Immeuble le SAVONNIER, Téléphone standard : (257) 22 22 62 32, Fax :(257) 22 22 58 94, email: pressequotidienne@yahoo.fr

SANTE MENTALE> Autisme

Peu importe l’âge, le traitement des personnes seront bénéfiques

0000 azetdg12Dans  un entretien accordé le vendredi 3 décembre 2020 au quotidien d’informations Le Renouveau, le spécialiste en psychologie clinique et en électroencéphalogramme, Jean Pierre Nshimirimana a fait savoir que l’autisme fait partie du groupe des troubles envahissants du développement, qui apparaissent dans la jeune enfance et qui entraine la perte du contact avec  la réalité et la difficulté de communiquer.


M. Nshimirimana a indiqué que les symptômes et la sévérité de la maladie sont variables mais convergent tous sur ces troubles qui affectent l’habileté de l’enfant ou de l’adulte à communiquer et à interagir avec les autres. Parlant des causes, M. Nshimirimana a souligné que les facteurs environnementaux, tels que l’exposition à des substances toxiques avant ou après la naissance, des complications au cours de l’accouchement ou des infections avant la naissance, pourraient en être la cause. 

Symptômes

M. Nshimirimana a indiqué que la sévérité des symptômes varie selon les enfants. Certains montrent des signes d’autisme dès le plus jeune âge. Il a expliqué qu’a part les troubles qui affectent l’habileté à communiquer et à interagir, d’autres troubles se développent normalement les premiers mois ou les premières années, puis, soudainement, ces enfants se replient sur eux-mêmes, deviennent agressifs ou perdent le langage qu’ils ont acquis. Bien que chaque enfant ait un comportement unique, les symptômes les plus courants chez l’enfant sont au niveau des habiletés sociales comme la difficulté à faire des contacts visuels ou à comprendre les expressions faciales ; à décoder les expressions émotionnelles et une difficulté à interpréter les intentions des autres, la difficulté à exprimer ses émotions et autres.

Au niveau du langage et de la communication, M. Nshimirimana a cité les difficultés comme l’apparition d’autres retards de développement vers trente mois, la perte des mots ou des phrases déjà acquis, l’incapacité à amorcer ou à soutenir une conversation et autres. Parlant du comportement, il a précisé qu’une tendance à effectuer des mouvements répétitifs comme se bercer, taper des mains ou tourner sur lui-même ; une hypersensibilité ou une hyposensibilité à la lumière, aux sons, au toucher ; une fascination pour certaines parties d’un objet, par exemple une roue qui tourne sur un jouet, sont  certains des effets qui s’imposent.

Quand faut-il consulter le médecin? 

Sur cette maladie qui attaque surtout les enfants, M. Nshimirimana conseille les parents à consulter le spécialiste chaque fois que l’enfant ne babille ou ne gazouille pas à l’âge de douze mois, ne fait pas de gestes pour communiquer, par exemple pointer un objet ou une image, ne dit aucun mot à l’âge de 16 mois, ne dit pas de phrase de deux mots à l’âge de vingt quatre mois. 

Prévention

Quant à la prévention, M. Nshimirimana a dit qu’il n’y a pas de moyen de prévenir l’apparition de l’autisme. Il recommande plutôt de solliciter les conseils auprès du médecin si l’un des signes apparaît. Cependant, des mesures pour prévenir les conséquences de l’autisme sont évoquées. Il a expliqué que les traitements débutés en bas âge peuvent améliorer le langage et les habiletés sociales des enfants.
TraitementM. Nshimirimana a dit que le diagnostic et des interventions avant l’âge scolaire donnent de meilleurs résultats. Dans ce cas, le cerveau des jeunes enfants étant encore en formation, une intervention précoce donne de meilleures chances aux enfants de développer tout leur potentiel et peut faire une grande différence dans la vie de plusieurs enfants atteints. Cependant, Il a notifié qu’il n’est jamais trop tard pour intervenir et les traitements seront bénéfiques peu importe l’âge des personnes diagnostiquées.

Fiacre Nimbona

Ouvrir