Publications de Presse Burundaise, Rohero I Avenue de la JRR N°17 Immeuble le SAVONNIER, Téléphone standard : (257) 22 22 62 32, Fax :(257) 22 22 58 94, email: pressequotidienne@yahoo.fr

PROVINCE DE GITEGA > Remise officielle d’infrastructures sanitaires

Douze centres de santé et la pédiatrie de l’hôpital régional de Gitega réhabilités

 

sanitaires3Le Programme national de santé de la réproduction (PNSR) a organisé, le jeudi 31 octobre 2019, une remise officielle des infrastructures sanitaires réhabilitées dans la province de Gitega. Le secrétaire permanent du ministère en charge de la santé, Dr Jean Baptiste Nzorironkankuze, a demandé aux mères enceintes de faire des consultations très tôt et d’accoucher dans les hôpitaux. 

 

Au total, douze centres de santé et la pédiatrie de l’hôpital régional de Gitega ont été réhabilités, dans le cadre du projet « Kiramama », sur le financement du Fonds des Nations unies pour l’enfance (Unicef). Le but est de contribuer à l’amélioration de la santé de la mère et de l’enfant, particulièrement les mères enceintes, pendant l’accouchement et le suivi de quarante deux jours après l’accouchement.Dans son discours de circonstance, le secrétaire permenent du ministère de la Santé publique et de la lutte contre le sida, Dr Jean Baptiste Nzorironkankuze, a souligné que le projet « Kiramama » fait partie du plan gouvernemental du Burundi pour soutenir les accouchements accompagnés de la bonne santé de la mère et de l’enfant dans le but de diminuer les décès au moment de l’accouchement.Selon le rapport de la Santé pour la période de 2016-2017, a-t-il dit, il a été constaté que les chiffres des mères qui ont perdu la vie pendant l’accouchement étaient de 334 sur 100 000. Il a ajouté que cela arrivait souvent pour les femmes qui ne faisaient pas des consultations très tôt pour pouvoir connaître leurs états sanitaires et celles qui concevaient avant l’âge de 18 ans ainsi que les mères les plus âgées. Le gouvernement du Burundi fait tout ce qui est possible pour le développement de la santé de la mère et de l’enfant et prendre toutes les mesures afin d’améliorer leurs états sanitaires pour diminuer le nombre des décès au moment de l’accouchement.Dr Nzorironkankuze a rappelé que depuis 2006, l’accouchement dans les hôpitaux est gratuit et cela a augmenté le nombre des femmes qui accouchent dans les hôpitaux. Il a demandé aux mères enceintes de faire les consultations très tôt, c'est-à-dire au cours des  trois premiers mois et d’aller accoucher dans les hôpitaux.Il a enfin souligné que tous les travaux ont coûté environ 2 milliards et demi de francs burundais. Et d’ajouter que lesdites infrastructures sont une grande richesse pour le pays car on ne peut pas le développer sans avoir une bonne santé. Il a pour cela appelé la population de Gitega à bien entretenir ces infrastructures.

L’Unicef accompagnera toujours le Burundi dans ses objectifs de développement durable

Pour le représentant de l’Unicef, Marjan Mantazemi, ce projet « Kiramama » s’inscrit dans le cadre de la disponibilité des services de qualité offerts aux femmes enceintes et aux enfants de moins de cinq ans. Il contribue à l’atteinte de l’objectif de développement durable et vise à améliorer le suivi des femmes enceintes jusqu’à l’accouchement ainsi que durant les quarante deux jours suivant l’accouchement.Mme Mantazemi a assuré que l’Unicef sera toujours aux côtés de la population pour accompagner les efforts que le gouvernement du Burundi ne cesse de mener pour améliorer la santé de la mère et de l’enfant, œuvrer pour permettre au Burundi de cheminer vers l’atteinte des objectifs de développement durable.

Il se pose le problème de manque des matériels

Le gouverneur de Gitega, Venant Manirambona, a indiqué que c’est une grande joie pour la population qui va s’en servir mais qu’il se pose le problème de manque des matériels et de suivi des enfants qui sont nés prématurément. Il a pour cela demandé d’équiper cet hôpital régional avec des appareils médicaux modernes, comme les couveuses, pour répondre à certains problèmes de santé.

KAZADI MWILAMBWE
.

Ouvrir