Publications de Presse Burundaise, Rohero I Avenue de la JRR N°17 Immeuble le SAVONNIER, Téléphone standard : (257) 22 22 62 32, Fax :(257) 22 22 58 94, email: pressequotidienne@yahoo.fr

ZONE URBAINE DE KAMENGE> Les systèmes de barrage sur les caniveaux

Ils constituent une menace sur les routes pavées

 

IMG 3513Dans la zone urbaine de Kamenge, sur certaines avenues, les caniveaux sont ponctués de barrages (grillages). Ce système intercepte souvent l’eau qui se déverse sur la chaussée. Le constat est que ces routes pavées sont menacées de destruction. 

 

Après la pluie, sur certaines avenues et surtout la sixième avenue traversant les quartiers Gikizi et Mirango I et joignant le boulevard de l’unité et la RN1, on observe des débris qui encombrent ces avenues. La rédaction de votre quotidien a voulu savoir la cause de cette situation. Après une descente sur les lieux et après de minutieuses observations, elle a constaté que ces débris, mélangeant la boue et des déchets divers entremêlés, proviennent de la déviation des eaux de ruissellement qui se déversent sur les chaussées. Au cours de cette descente, la rédaction a remarqué que sur cette avenue, le caniveau d’évacuation des eaux est ponctué par un système de barrage. Celui-ci pourrait briser et atténuer le courant d’eau mais la réalité est autre. Car ces grillages ne vont seulement pas briser le courant mais vont aussi barrer le passage à l’eau et à toute sa charge. Les mailles des grillages sont vite bouchées par les déchets divers transportés par l’eau. Ainsi, ne pouvant pas continuer, le flot dévie et se déverse sur la route. En plus d’être encombrée par ces dépôts, l’avenue est  aussi dangereusement dégradée.

Un système mal choisi vue la nature de l’infrastructure

La rédaction de votre quotidien a également remarqué que le système en soi était bon car il permet d’enlever des ordures dans l’eau. Mais il a été mal choisi, si l’on considère la nature de l’infrastructure en question. Nul n’ignore la manière selon laquelle les routes pavées sont construites. Après compactage de la latérite, on y ajoute une ceinture de sable. Et puis ce sont les pavés dont le ciment n’est autre que le sable. Pour dire que lorsqu’un flot d’eau s’engage avec énergie sur ce type d’infrastructure, il emporte le sable et il ne reste sur place que ces morceaux de cailloux et la voie devient difficilement praticable. Si c’est pour enlever les ordures dans les eaux pluviales pour éviter la pollution de l’eau, l’on pourrait penser à un autre système, comme l’élargissement des caniveaux,  à quelques endroits, pour permettre aux eaux de se décharger.

JEAN BOSCO NKUNZIMANA

Ouvrir