Publications de Presse Burundaise, Rohero I Avenue de la JRR N°17 Immeuble le SAVONNIER, Téléphone standard : (257) 22 22 62 32, Fax :(257) 22 22 58 94, email: pressequotidienne@yahoo.fr

Province de Makamba> Associations féminines

Elles contribuent à la lutte contre les violences sexuelles

 

DSC 0949Les violences sexuelles basées sur le genre est une réalité dans plusieurs localités du pays. La lutte contre ce mauvais comportement doit être une affaire de tout le monde. En province de Makamba, les femmes essaient de lutter contre ce phénomène. 

 

Dans un entretien avec Winnifilda Siwema, vice-présidente du groupement des associations féminines «Turwanye amabi afatiye ku gitsina»  elle fait savoir que ce dernier a été créé il y a de cela une année. Au sein de l’association, les membres apprennent comment approcher une victime des violences sexuelles basées sur le genre. On l’écoute et on l’oriente vers l’Hôpital de Makamba où se trouve le centre «Mpore » qui est chargé de la prise en charge des survivants des violences sexuelles basées sur le genre.Mme Siwema a indiqué que ce groupement des associations féminines a son siège sur la colline Kanzege, zone Gisenyi de la commune Makamba. En plus de la lutte contre les violences sexuelles basées sur le genre, les membres de ce groupement apprennent à faire de petites épargnes et s’octroyer  des petits crédits avec un intérêt non élevé. Au début, l’association avait vingt-cinq membres. Parmi eux, il y a les survivants des violences sexuelles basées sur le genre. Dans ce groupement, les survivants sont en contact avec d’autres personnes et ils comprennent que malgré tout, la vie continue. Dans ce groupement, ce ne sont pas les femmes seulement qui sont les bienvenues, les hommes également sont membres surtout ceux qui ont subit des violences. Même si les hommes ne subissent pas les violences au même degré que les femmes, ils en sont aussi victimes. Mais, la plupart d’entre eux n’osent pas le dire. Pour voir si un homme a subi ou continu à subir des violences, souvent, il s’isole. Dans ces groupes, ces survivants bénéficient des conseils et il y a même ceux qui ne savent pas l’existence du centre « Mpore ». Il y a également les enfants orphelins qui sont victimes des violences sexuelles basées sur le genre surtout après la mort des  parents. Adhérer aux associations permet de lutter contre les violences sexuelles basées sur le genre car les membres bénéficient de divers conseils.

Lucie Ngoyagoye

Ouvrir