Publications de Presse Burundaise, Rohero I Avenue de la JRR N°17 Immeuble le SAVONNIER, Téléphone standard : (257) 22 22 62 32, Fax :(257) 22 22 58 94, email: pressequotidienne@yahoo.fr

Sages-femmes> Leur rôle dans le suivi d’une grossesse

Détecter à temps les complications liées à la grossesse

 

IMG 0019Le rôle des sages-femmes est indispensable dans le suivi de la grossesse. Elles doivent suivre la femme enceinte depuis les consultations prénatales jusqu’à l’accouchement. Elles ont les capacités intellectuelles pour détecter à temps les complications liées à la grossesse. Par conséquent, elles ne doivent pas être confondues aux matrones qui sont chargées juste d’orienter et d’accompagner les femmes enceintes dans les structures de soins.

 

Dans  un entretien accordé par la responsable du Service de  la maternité à l’Abubef (Association pour le bien-être familial), Régine Mbonindavyi a fait savoir que les sages-femmes doivent suivre une femme enceinte depuis la conception jusqu’à l’accouchement. Elle tient à rappeler que cela fait un bon bout de temps que les universités ou institutions ont mis en place les facultés de Sages-femmes. Cela dans le but de donner un bagage intellectuel spécifique à la gynécologie. «Ceux qui disent qu’ils ne peuvent pas nous distinguer des infirmiers dans notre travail quotidien, peuvent se rappeler que nous faisons une licence en étudiant les notions spécifiques à la gynécologie-obstétricale. Par conséquent, nous pouvons suivre une grossesse depuis la conception et surtout, détecter à temps les complications liées à la grossesse dans le but de sauver deux vies : celle de la mère et celle du fœtus. Je ne dis pas que les infirmiers n’ont pas ces capacités. Mais, ils ont des généralités sur toutes les maladies», a-t-elle précisé.

Une nette différence entre  les sages-femmes et les matrones

Mme Mbonindavyi a fait remarquer que les sages-femmes ne devraient en aucun cas être confondues avec les matrones (Abakirizi en langue nationale). Elle a rappelé que c’est surtout à l’intérieur du pays que cette confusion se remarque. «Or, le ministère en charge de la santé via les agents de santé communautaire, a bien spécifié que le rôle des matrones se limite juste dans l’orientation et l’accompagnement des mères enceintes auprès des structures de soins. Le rôle d’assister l’accouchement revient aux sages-femmes.», a-t-elle insisté. Elle a terminé ses propos en faisant un clin d’œil à toutes les sages-femmes qui considèrent leur métier comme tant d’autres, qu’il faut avant tout se mettre à la place de la femme qui vient accoucher pour savoir comment elle se sent. Aussi, se rappeler que quand elles assistent un accouchement, elles devraient sauver deux vies : celle de la mère et celle de l’enfant qui va naître.    

Rose Mpekerimana

Ouvrir