Publications de Presse Burundaise, Rohero I Avenue de la JRR N°17 Immeuble le SAVONNIER, Téléphone standard : (257) 22 22 62 32, Fax :(257) 22 22 58 94, email: pressequotidienne@yahoo.fr

Ministère en charge de la santé publique> Célébration de la Journée mondiale du cœur

Les maladies chroniques, premières cause de mortalité actuellement

 

La Société burundaise de cardiologie en collaboration avec le ministère de la Santé publique et de la lutte contre le sida (MSPLS), s’est joint au monde pour célébrer la Journée mondiale du cœur. Les cérémonies se sont déroulées à l’hôpital du cinquantenaire Natwe turashoboye de Karusi en date du 28 septembre 2019. Elles ont été rehaussées pas l’assistante du ministre du  MSPLS, Joselyne Nsanzerugeze, sous le thème : « Soyons les héros du cœur ».

 

Le 29 septembre de chaque année, le monde célèbre la Journée mondiale du  cœur. Au Burundi, il y a de cela 3 ans que la Société burundaise de cardiologie organise cette journée. Cette année, elle a été marquée par les dépistages volontaires et gratuits des maladies cardiovasculaires. Le 29 septembre de chaque année, le monde célèbre la Journée mondiale du  cœur. Au Burundi, il y a de cela 3 ans que la Société burundaise de cardiologie organise cette journée. Cette année, elle a été marquée par les dépistages volontaires et gratuits des maladies cardiovasculaires. Dans son discours de circonstance, l’assistante du MSPLS, Joselyne Nsanzerugeze a rappelé que les maladies chroniques non transmissibles sont actuellement les premières causes de mortalité alors qu’avant, c’étaient les maladies transmissibles comme le VIH/sida, la tuberculose etc. Au Burundi, il n’y a pas de statistiques dans tout le pays concernant les maladies cardiovasculaires, mais une étude qui a été faite au centre hositalo universitaire de Kamenge en 2017 a montré que sur les malades qui étaient hospitalisés, 31% soufraient des maladies cardiovasculaires, a ajouté Mme Nsanzerugeze. L’assistante du ministre du MSPLS  a remercié la Société burundaise de cardiologie pour avoir organisé ces activités à l’intérieur du pays. « Cela montre qu’elle aide le pays dans la sensibilisation de la population de s’occuper de leur santé ». Elle a rappelé, en outre, que les maladies cardiovasculaires peuvent être prévenues, en évitant de fumer, en diminuant sensiblement la consommation d’alcool, en évitant la consommation des aliments riches en cholestérol, ainsi qu’en évitant le stress.  Le délégué du représentant de l’Organisation mondiale de la santé (OMS), Jérôme Ndaruhutse a affirmé que 7,5 millions de décès sont dus aux cardiopathies coronariennes et 6,7 millions à l’accident vasculaire cérébral. Ces maladies sont devenues le principal défi sanitaire. Les pays à faible revenu ou intermédiaire sont touchés d’une manière disproportionnée : 80% sont des décès dus aux maladies cardiovasculaires, concernant presque à égalité les hommes et les femmes. D’après lui, la bonne nouvelle est que 80% des crises cardiaques ou des accidents cardiovasculaires (AVC) prématurés sont évitables. Une alimentation saine, une activité physique régulière et le renoncement aux produits du tabac sont les clés de prévention.

Aline Nshimirimana

Ouvrir