Publications de Presse Burundaise, Rohero I Avenue de la JRR N°17 Immeuble le SAVONNIER, Téléphone standard : (257) 22 22 62 32, Fax :(257) 22 22 58 94, email: pressequotidienne@yahoo.fr

ENS> Appréciation des résultats féminins dans le test de master

Le taux de réussite des filles est peu satisfaisant

 

La rédaction du quotidien «Le Renouveau» s’est rendue à l’Ecole normale supérieure où sont affichés les résultats des candidats au master au sein de cette institution. Même si la participation des filles à cet examen est appréciable, le taux de réussite est peu satisfaisant. Parmi toutes les filles qui ont passé ce test à l’Ecole normale supérieure, aucune fille n’est parvenue à avoir 50%. 

 

Dans un entretien  accordé au quotidien «Le Renouveau», Simon Bisore (directeur des services académiques à l’Ecole normale supérieure) a fait savoir que ce sont des résultats provisoires. Il a expliqué que le taux de réussite des filles est extrêmement bas comparé à celui des  garçons.Dans cet entretien, M. Simon  a fait savoir qu’ils attendent les derniers résultats pour voir si le taux de réussite des filles peut augmenter ou pas. Il a fait savoir que comparativement à la première promotion, il y a eu peu de reussite, cette année. Aucune fille n’a occupé la dernière place parmi les cinq sections dans lesquelles on a passé  le test.  Parmi les 338 candidats qui ont passé ce test, on ne compte que 37 filles seulement qui ont passé cet examen. Parmi  ces 37 filles, aucune n’est parvenue à avoir la moitié, c’est-à-dire 50%. Selon un enseignant  de l’ENS, le taux de réussite se réduit par le fait que les filles ignorent encore les études avancées. Il a fait savoir que  la plupart des filles, après avoir terminé le baccalauréat, n’ont  pas l’intention de continuer leurs études. Il a donné un exemple du cas de la section Génie civil, parmi les 58 candidats, 3 filles seulement faisaient partie de cet effectif. Tenant compte que cette participation qui est moindre, cela va engendrer la non réussite des filles. La rédaction du quotidien «Le Renouveau» a remarqué que parmi les cinq sections qui ont le deuxième cycle, seule la section de kiswahili-kirundi est la plus fréquentée par les filles. Cela est prouvé par le taux de participation des filles  dans ce test leur autorisant de faire le master. Parmi les 140 candidats qui ont passé l’examen, on compte une quarantaine de filles avec un taux de réussite peu satisfaisant.

Yves Ndekatubane (stagiaire)

Ouvrir