Publications de Presse Burundaise, Rohero I Avenue de la JRR N°17 Immeuble le SAVONNIER, Téléphone standard : (257) 22 22 62 32, Fax :(257) 22 22 58 94, email: pressequotidienne@yahoo.fr

Municipalité de Bujumbura> Etat des lieux de l’hygiène au marché Cotebu

Les vendeurs ont répondu favorablement aux ordres des responsables de ce marché

 

IMG118La rédaction du quotidien «Le Renouveau» s’est rendue le lundi 02 septembre 2019 au marché Cotebu dans le but de voir l’état des lieux de l’hygiène. Contrairement aux années passées où l’hygiène était très négligée, cette question semble être aujourd’hui résolue. Les parties qui étaient très sales sont aujourd’hui bien aménagées. 

 

Dans un entretien accordé au quotidien « Le Renouveau» ; Aimable Nduwayo, commissaire de ce marché, a indiqué que des mesures ont été prises pour assurer la propreté au sein dudit marché dont il est le responsable. Il a fait savoir qu’auparavant, on les accusait d’irresponsabilité vis-à-vis  de la question de l’hygiène de ce marché. M. Nduwayo nous a indiqué les stratégies qu’ils ont utilisées pour assurer la propreté de ce marché. Après avoir constaté que se sont les vendeurs, surtout des légumes qui causent tout cela, ils ont pris des mesures consistant à obliger à chaque vendeur de ramasser tout ce qu’il a apporté et de les rassembler dans un endroit approprié. Selon M. Nduwayo, on a acheté des grandes dans lesquels les usagers de ce marché peuvent déposer les immondices  au lieu de les jeter n’importe où. Il a ajouté également qu’ils ont sensibilisé les vendeurs d’assurer eux-mêmes la propreté  devant les lieux où ils déposent leurs marchandises.La rédaction du quotidien « Le Renouveau» s’est entretenue avec un des vendeurs de ce marché, qui a fait savoir qu’ils ont accueilli favorablement cet ordre, du fait qu’il est très bénéfique pour eux. Il a témoigné également que pour le moment, l’odeur qui était à ces endroits n’y est plus. Il a fait savoir que la seule chose qui leur a semblé difficile, est la cherté de la poubelle. Chacun était obligé de payer une somme de 3 000 FBu. Selon M. Nduwayo, chaque hangar a sa propre poubelle. A l’extérieur du marché, les vendeurs doivent déposer ensemble les immondices ce qui facilite le travail de la commission chargée de les ramasser.

Yves Ndekatubane (Stagiaire)

Ouvrir