Publications de Presse Burundaise, Rohero I Avenue de la JRR N°17 Immeuble le SAVONNIER, Téléphone standard : (257) 22 22 62 32, Fax :(257) 22 22 58 94, email: pressequotidienne@yahoo.fr

MUNICIPALITE DE BUJUMBURA> Situation du paludisme 2019

« Les quartiers plus peuplés sont ceux qui présentent un nombre élevé de malades »

 

DSC 2149Au cours de l’atelier de sensibilisation pour la lutte contre le paludisme organisé par la mairie de Bujumbura et l’Aceci, le jeudi 29 août 2019,  le médecin directeur de la municipalité sanitaire de Bujumbura-mairie, Cléophile Akindavyi, a présenté l’état des lieux du paludisme 2019.   

 

La municipalité de Bujumbura compte trois districts sanitaires à savoir les districts sanitaires nord, centre et sud. Selon le recensement qui a eu lieu en 2008, la densité de la population, c'est-à-dire le nombre d’habitants au km2 était plus grande, ce qui causait l’augmentation du paludisme.Entre les mois de janvier et juillet 2019 dans le district sanitaire centre, Mme Akindavyi a fait savoir qu’il y a eu des malades qui souffraient du paludisme, mais étaient nombreux ceux qui souffraient du paludisme simple. Ce dernier est traité avec l’artésunate-amodiaquine mais le paludisme compliqué  est traité avec de la quinine. Dans le district sanitaire nord, il y a beaucoup de gens, ce qui signifie que ceux qui vont se faire soigner sont aussi nombreux. Dans ce district, il  y a eu plus de malades qui souffraient du paludisme au cours des mois de mai et juin par rapport aux autres mois, a dit Mme Akindavyi.Dans le district sanitaire sud, un nombre élevé de malades du paludisme a été observé au mois de février. Pour les centres de santé privés qui n’ont pas d’artésunate-amodiaquine, le paludisme simple est traité à l’aide de la quinine. Au cours des sept premiers mois de 2019, la zone de Kamenge a eu beaucoup de malades du paludisme, de même que Kanyosha, Kinama et Buterere. Mais les zones de Ngagara, Kinindo et Ruziba ont enregistré moins de malades du paludisme. Mme Akindandavyi a rappelé à ceux qui étaient présents de sensibiliser les gens sur les différentes façons de lutter contre le paludisme. Elle a demandé à tout et un chacun de dormir dans la moustiquaire imprégnée d’insecticide à longue durée d’action sans oublier de faire de la propreté dans leurs ménages. Le manque de propreté est l’une des causes de la multiplication des moustiques.  Les quartiers les plus peuplés sont ceux qui présentent un nombre élevé de malades du paludisme, a-t-elle dit.

Martin Karabagega

Ouvrir