Publications de Presse Burundaise, Rohero I Avenue de la JRR N°17 Immeuble le SAVONNIER, Téléphone standard : (257) 22 22 62 32, Fax :(257) 22 22 58 94, email: pressequotidienne@yahoo.fr

Lutte contre le sida > Encadrement des jeunes vivant avec handicap

Des témoignages prouvent qu’ils ont changé de comportement

 

DSC 0696La lutte contre le VIH/Sida est un combat de tous les jours. Il y a certaines catégories de gens qui sont vulnérables ou sous-estimées qu’il faut toujours encadrer afin de les prévenir contre cette maladie.  

 

Dans un entretien avec Isaac Ngenzebuhoro, chargé de l’animation et formation au centre « Union des personnes handicapées au Burundi » (UPHB), a fait savoir qu’il y a plusieurs programmes dont l’un  ne touche pas directement la lutte contre les violences sexuelles et celles basées sur le genre ou le Sida mais qui a un petit volet en rapport avec la lutte contre le Sida dans son programme de formation. L’UPHB forme, entre autres, les personnes vivant avec handicap fréquentant le centre en matière de changement de comportement. Ce sont notamment la prévention et la lutte contre le VIH/Sida et les violences basées sur le genre en général.M. Ngenzebuhoro a indiqué que lorsque le centre organise des formations, il y a un thème spécifique qui est basé sur la lutte et la prévention contre les violences sexuelles et basées sur le genre car parmi le groupe cible, il y a des jeunes gens mais aussi des jeunes qui ont déjà fondé leurs foyers. Cela rentre dans un cadre général de protection des personnes vivant avec handicap contre le fléau des violences sexuelles et celles basées sur le genre qui sont fréquentes au Burundi, mais aussi dans le cadre de lutte contre le VIH/Sida. Il y a une volonté que ces jeunes vivant avec handicap ne rencontrent pas de contraintes notamment celles qui sont liées à ces violences sexuelles basées sur le genre qui peuvent les empêcher d’aller vers l’autonomisation qui est l’objectif visé par l’UPHB.M. Ngenzebuhoro a fait savoir qu’au début, il y avait beaucoup de filles qui tombaient enceinte suite à des tromperies, à une sous-estimation de l’entourage. Cela avait des conséquences énormes socialement, économiquement et psychologiquement. Mais, aujourd’hui, on commence à voir qu’il y a eu un changement de comportement de la part de ces jeunes. Des témoignages prouvent que certains jeunes vivants avec handicap et certaines femmes vivant avec handicap ont changé de comportement en matière de relations avec les hommes, comportements dangereux qui peuvent les conduire dans des situations qui hypothèquent la marche vers l’autonomisation socioéconomique.

Lucie Ngoyagoye 

Ouvrir