Publications de Presse Burundaise, Rohero I Avenue de la JRR N°17 Immeuble le SAVONNIER, Téléphone standard : (257) 22 22 62 32, Fax :(257) 22 22 58 94, email: pressequotidienne@yahoo.fr

SANTE> Encéphalite

Elle peut entraîner des complications graves

 

IMG 0008Dans un entretien du 5 août 2019, le spécialiste en encéphalogramme Jean Pierre Nshimirimana a défini l’encéphalite comme étant une inflammation du cerveau résultant d'une infection viral qui attaque par le tissu cérébral. Il a dit qu’elle se manifeste généralement par la fièvre et le mal de tête. 

 

M. Nshimirimana a indiqué que l’encéphalite est rarement mortelle et peut provoquer des symptômes semblables à ceux de la grippe, de la fièvre ou le mal de tête sévère.Elle  peut aussi causer de la confusion des pensées, des crises ou des problèmes moteurs. Cependant, il a ajouté que dans certains cas, l'encéphalite n'entraîne que des symptômes légers ou apparaît sans symptômes tout en précisant que les cas graves d'encéphalite, même s’ils sont rares, peuvent être mortels.

La cause n’est  pas souvent connue

Selon M. Nshimirimana, la cause exacte de l'encéphalite n’est pas souvent connue, mais la plus souvent diagnostiquée est une infection virale. Il a indiqué que les infections bactériennes et les maladies inflammatoires non infectieuses peuvent également provoquer une encéphalite Il a précisé que l'encéphalite primaire survient lorsqu'un virus ou un autre agent infectieux affecte directement le cerveau et que cette infection primaire peut être une réactivation d'un virus inactif suite à une maladie antérieure. Quant à l'encéphalite secondaire, il dit qu’il s agit d’une réaction défectueuse du système immunitaire en réponse à une infection. M. Nshimirimana a expliqué qu’au lieu d'attaquer uniquement les cellules provoquant une infection, le système immunitaire attaque par erreur également les cellules saines dans le cerveau. L'encéphalite secondaire survient souvent deux à trois semaines après l'infection initiale.

Les antécédants médicaux sont important

Pour diagnostiquer l’encéphalite, M. Nshimirimana a dit que les questions concernant les symptômes, les facteurs de risque et les antécédents médicaux sont importants. On procède à l’examen neurologique pour détecter un patient confus et somnolent ou à l'imagerie cérébrale si les symptômes et les antécédents de patients suggèrent la possibilité d'une encéphalite. Les images peuvent révéler un gonflement du cerveau ou une autre affection qui peut causer les mêmes symptômes. Il a précisé que l’on fait aussi recours à l’électroencéphalogramme pour interpréter l'activité électrique du cerveau. Une activité anormale peut être compatible avec un diagnostic d'encéphalite. 

Les complications dépendent de plusieurs facteurs

M. Nshimirimana a dit que les complications résultant de l'encéphalite dépendent de plusieurs facteurs tels que l'âge, la cause de l'infection et le moment où le traitement a débuté. Il a expliqué que les patients plus jeunes ont tendance à se rétablir facilement, alors que les plus âgés présentent un risque de complications et de mortalité. M. Nshimirimana a ajouté que dans la plupart des cas, les personnes atteintes d'une encéphalite de faible gravité n’auront pas de complication à long terme. Par ailleurs, il a fait remarquer qu’il y a des complications  graves qui peuvent persister pendant des mois ou qui peuvent être permanentes. Il a cité,  entre autres la fatigue persistante, la faiblesse ou le manque de coordination musculaire, la colère ou la frustration, les problèmes de mémoire, la paralysie, les troubles auditifs ou visuels et les troubles de la parole.

FIACRE NIMBONA (stagiaire)

Ouvrir