Publications de Presse Burundaise, Rohero I Avenue de la JRR N°17 Immeuble le SAVONNIER, Téléphone standard : (257) 22 22 62 32, Fax :(257) 22 22 58 94, email: pressequotidienne@yahoo.fr

ENVIRONNEMENT> Menace de la biodiversité au Burundi

Douze espèces de mammifères ont déjà disparu à l’échelle nationale

 

Au Burundi, douze espèces de mammifères ont déjà disparu sans oublier d’autres espèces végétales. Cela ressort d’un entretien que la rédaction du journal «  Le Renouveau » a fait avec l’inspecteur général au ministère de l’Environnement, de l’agriculture et de l’élevage (Mineagrie) Samuel Ndayiragije. 

 

L’inspecteur général au Mineagrie a indiqué que douze espèces de mammifères  ont déjà disparu à l’échelle nationale. Il a cité en l’occurrence les lions, les éléphants, les rhinocéros, les girafes, etc.Actuellement, au niveau national certains  oiseaux ont disparu, a fait remarquer M. Ndayiragije . Il y a notamment les grues couronnées qui sont en danger, les rapaces tels que les aigles. Et les hippopotames du lac Tanganyika sont également très menacés. Au niveau des zones humides, les papyrus  ont complètement disparu sauf dans les parcs de la Ruvubu. Les prairies des montagnes disparaissent aussi, les forêts naturelles sont également en voie de disparition sans oublier l’espèce autochtone (Umuvugangoma). Cette espèce d’arbre devrait être protégée parce qu’elle sert dans la fabrication du tambour burundais. Tout cela montre, que la biodiversité au Burundi est gravement menacée, a indiqué M. Ndayiragije, Selon lui, la disparition de la biodiversité va automatiquement entraîner  la disparition de l’être humain. Si nous voulons mieux vivre, il faut protéger la biodiversité qui est gravement menacée.A la question de savoir ce que l’on doit faire pour protéger l’environnement, M.Ndayiragije a fait remarquer que la question de l’environnement  doit être prise au plus haut niveau. Il faut mettre les choses en ordre avant qu’il ne soit trop tard.Pour les gens qui élèvent des animaux chez eux comme les crocodiles et bien d’autres, M.Ndayiragije a indiqué que c’est une question qui a fait couler beaucoup d’encre et de salive. Les gens qui le font doivent respecter la convention qui régit les espèces en danger, a-t-il fait remarquer.

Martin Karabagega

Ouvrir