Publications de Presse Burundaise, Rohero I Avenue de la JRR N°17 Immeuble le SAVONNIER, Téléphone standard : (257) 22 22 62 32, Fax :(257) 22 22 58 94, email: pressequotidienne@yahoo.fr

ESPACES VERTS > Leur insuffisance en Mairie de Bujumbura

Elle est liée au non respect de la loi

 

IMG 2627L’insuffisance d’espaces verts s’observent aussi bien en Mairie de Bujumbura qu’à l’intérieur du pays. Dans une entrevue accordée, le vendredi 26 juillet, à la rédaction du journal Le Renouveau, le directeur général de l’Office burundais pour la protection de l’environnement (OBPE), Berchmans  Hatungimana, affirme qu’elle est liée au non respect de la loi. 

 

Le directeur général de l’Office burundais pour la protection de l’environnement, a d’abord rappelé qu’en réalité chaque quartier devrait avoir un espace vert. «On devrait également y aménager un centre de santé, un robinet public et un espace destiné aux tuyaux de la Régideso», a-t-il indiqué. Le manque d’espaces verts entraîne comme conséquences, des températures excessives qui s’observent dans quelques milieux de la Mairie de Bujumbura.    

Des causes et des solutions

Le directeur général de l’OBPE regrette le fait que les places qui étaient destinées aux espaces publics ont été attribuées aux individus.  Il affirme que la population galopante, la montée des prix pour l’achat des parcelles ainsi que les demandes excessives d’autorisation de bâtir sont certaines des causes de cette  envahissement des espaces verts.  « Les services de l’Urbanisme ne tiennent pas compte de l’importance de ces espaces lors de la distribution des parcelles », a expliqué M. Hatungimana. Et d’affirmer que  c’est la raison pour laquelle la place qui était supposée être un espace vert est attribué à un individu.Concernant le souhait de la population d’avoir des espaces verts dans chaque quartier, Berchimans Hatungimana demande aux services qui donnent les autorisations de bâtir à penser à cela.  Si ces espaces sont disponibles, l’OBPE se limite à chercher les arbres et la verdure qui peuvent cohabiter avec la population sans nuire à la vie humaine.Il a enfin demandé qu’il y ait le respect du Plan d’aménagement du territoire. « La problématique se trouve dans sa mise en application », a-t-il dit.
                                                                           

MOISE NKURUNZIZA

Ouvrir