Publications de Presse Burundaise, Rohero I Avenue de la JRR N°17 Immeuble le SAVONNIER, Téléphone standard : (257) 22 22 62 32, Fax :(257) 22 22 58 94, email: pressequotidienne@yahoo.fr

Environnement > Construction anarchique tout près du ravin de Mugoyi

Les habitants courent un risque de périr dans une catastrophe naturelle

 

DSC 4314Des familles vivant tout près du ravin de Mugoyi, commune urbaine de Kanyosha en mairie de Bujumbura, s’exposent à un grand risque de périr dans le glissement des rives qui s’observe souvent surtout pendant la saison pluvieuse. Si rien n’est fait pour éviter la construction des maisons dans cette localité, les conséquences seront néfastes et douloureuses pour les habitants et pour le pays.   

 

Au moment où le gouvernement du Burundi ainsi que les experts en environnement et dans la gestion des catastrophes naturelles ne cessent d’inviter la population burundaise à éviter de construire des maisons sur des terrains présentant des signes de glissement, il est remarquable que les gens font la sourde oreille à cet appel. C’est du moins, le constat de la rédaction du quotidien « Le Renouveau» lors de son passage à la source du ruisseau Mugoyi. D’aucuns savent que chaque année, pendant la saison des pluies, le ruisseau Mugoyi fait parler de lui surtout par le glissement et le débordement  de ses rives causant de nombreuses conséquences à la population du quartier Busoro. Il est alors incompréhensible qu’aujourd’hui les gens continuent à habiter et à exercer des activités comme la fabrication des briques dans ce ravin. A l’heure actuelle, les glissements des rives continuent à s’observer suite à la fragilité du sol mais c’est étonnant que les habitants ne s’inquiètent de rien alors que leurs maisons sont en danger. On ne s’empêcherait de dire qu’ils ont accepté de vivre entre la vie et la mort. Interrogé sur cette situation, un des habitants de cet endroit nous a dit être conscient qu’ils sont en danger mais qu’ils n’ont pas où aller. A la question de savoir où ils vivaient avant de s’installer dans cette localité, il dit qu’ils sont venus de l’intérieur du pays et qu’ils ne peuvent pas y retourner. Selon lui, ils se sont installés là bas parce qu’ils n’avaient pas de moyens pour s’acheter des parcelles. Il a affirmé qu’ils sont conscients du risque qu’ils courent mais qu’ils n’ont pas d’autres  solutions alternatives. En définitive, si rien n’est fait, les gens qui y habitent vont faire face aux problèmes liés aux catastrophes naturelles comme cela a déjà été le cas dans d’autres localités qui surplombent la ville de Bujumbura. 

Astère Nduwamungu

Ouvrir