Publications de Presse Burundaise, Rohero I Avenue de la JRR N°17 Immeuble le SAVONNIER, Téléphone standard : (257) 22 22 62 32, Fax :(257) 22 22 58 94, email: pressequotidienne@yahoo.fr

Lac Tanganyika> Des dépotoirs clandestins se créent à ses bords

Il fallait plutôt se soucier de sa protection

 

Alors que l’on ne cesse de dire à travers les médias qu’il faut veiller à la propreté des eaux du lac Tanganyika, certaines gens se permettent de jeter des déchets à ses abords. Ils ignorent qu’ils contribuent à la pollution de ces eaux alors que ces dernières sont d’une grande importance pour la ville de Bujumbura. Tout le monde devrait se soucier d’un environnement sain dudit lac.

 

Il est très curieux de constater qu’il y a des gens qui ne voit pas l’importance de la protection de l’environnement. D’autres personnes se soucient peu de la protection du lac Tanganyika et se permettent de jeter clandestinément des déchets biodégradables à ses abords. Ils oublient qu’ils contribuent activement à la pollution des  eaux, alors que la vie de tous les habitants de la municipalité de Bujumbura en dépend. A certains endroits des bords de ce lac, dans des lieux un peu cachés, surtout les buissons, des tas d’immondices s’observent comme c’est le cas sur la rive du lac Tanganyika, non loin de l’hôtel Lake View. Il en est de même pour quelques autres  endroits cachés où des déchets mélangeant paperasses, plastiques et autres. Beaucoup de ceux-ci sont imputrescibles, donc non biodégradables. Ceux qui les y déposent oublient qu’ils peuvent doublement polluer les eaux du lac. En élevant son niveau, les eaux du lac peuvent ramasser ces déchets et ainsi se polluer. Comme ces endroits sont humides, les produits biodégradables s’infiltrent dans les sols marécageux de ces endroits et certains finissent par polluer le lac. 

Etre conscient de l’importance de ce lac

Bien qu’on ne cesse de le dire à travers les médias, il est remarquable que le chemin reste long. Nonobstant, tous les habitants de la ville de Bujumbura et surtout les propriétaires des hôtels et des bistrots se trouvant le long du lac Tanganyika et des rivières, devraient prendre conscience de la protection du lac Tanganyika. Il est temps, s’il n’est pas trop tard que les autorités tant administratives que policières, celles qui ont l’environnement dans leurs attributions puissent multiplier des séances de sensibilisation et veiller à ce que le lac Tanganyika ne soit pas pollué.
Mireille Kubwayo (Stagiaire)

Ouvrir