Publications de Presse Burundaise, Rohero I Avenue de la JRR N°17 Immeuble le SAVONNIER, Téléphone standard : (257) 22 22 62 32, Fax :(257) 22 22 58 94, email: pressequotidienne@yahoo.fr

MAIRIE DE BUJUMBURA> L’extraction du sable et du moellon dans les rivières

Le curage tant manuel  que mécanique est nécessaire pendant la saison pluvieuse


Il s’observe dans la municipalité de Bujumbura des activités qui dégradent l’environnement dont l’extraction anarchique des matériaux de construction dans les rivières. Toutefois, le directeur général des Setemu (Service des techniques municipaux), Jean Paul Mpawenimana affirme que pendant la saison pluvieuse, il est nécessaire de faire le curage tant manuel que mécanique.

Sur les rivières Ntahangwa et Kanyosha les activités de l’extraction anarchique des matériaux de construction persistent. Le constat est que l’extraction des moellons, des graviers et du sable dans ces rivières peut constituer un danger pour les habitants qui hébergent la garniture de ces dernières. Les extracteurs de sable et de gravier rencontrés à la rivière Ntahangwa ont indiqué  que c’est le seul et unique moyen de survivre.  Ils disent que mieux vaut travailler au lieu de pratiquer la mendicité ou le vol. 

Jean Paul Mpawenimana s’exprime

Dans un entretien que le directeur général des Setemu a accordé, le jeudi 09 mai 2019, au journal Le renouveau, il  affirme qu’il est nécessaire de faire le curage des rivières qui traversent la municipalité de Bujumbura.  Il dit que le curage est nécessaire parce que ces rivières amènent beaucoup de moellons et de sable qui se déposent dans la plaine. Selon lui, si le curage n’est pas fait, le débordement de ces rivières peut occasionner des conséquences néfastes à la population environnante.M. Mpawenimana a ajouté que le curage peut être manuel ou mécanique, ce qui explique la présence des extracteurs dans ces rivières. Toutefois, il dit qu’il s’est dernièrement observé des manquements dans le curage manuel d’où les Setemu ont déployé des experts et des techniciens qui suivent et supervisent ces travaux. Il ajoute que le curage est interdit pendant la saison sèche.Notre interlocuteur affirme par contre que d’autres activités dont la construction anarchique sur les bergers des rivières dégradent l’environnement. Il a lancé un appel vibrant à l’endroit de la population et les administratifs de respecter la loi en rapport avec la construction autour des rivières.Rappelons que chaque année les Setemu font le curage mécanique sur les quatre rivières qui traversent la municipalité de Bujumbura. Cette année, c’est le tour de la rivière Kanyosha.                     

 Moise Nkurunziza (Stagiaire)

Ouvrir