Publications de Presse Burundaise, Rohero I Avenue de la JRR N°17 Immeuble le SAVONNIER, Téléphone standard : (257) 22 22 62 32, Fax :(257) 22 22 58 94, email: pressequotidienne@yahoo.fr

SANTE > Les boissons traditionnelles alcoolisées

Elles sont néfastes pour les grands buveurs

Depuis des temps immémoriaux, les burundais fabriquent différentes boissons  à partir de la banane, du sorgho, de l’éleusine, du maïs, etc. Toutes ces boissons sont alcoolisées, à doses différentes, selon la quantité de la matière première utilisée. Moins chères, comparativement aux autres boissons alcoolisées certifiées, elles sont très néfastes pour la santé de leurs consommateurs qui en prennent en excès. 

Dans la municipalité de Bujumbura, nombreuses sont les bistrots où se vendent les boissons traditionnelles dénommées « Urwarwa » et   « insongo ». Ces boissons fabriquées localement, sans aucune formule chimique préétablie à respecter, sont différemment alcoolisées. Certaines le sont même à un pourcentage très élevé. Ce qui a une conséquence néfaste sur la santé des consommateurs moins avisés. Pour en savoir plus, la rédaction du journal Le Renouveau s’est approchée de certains vendeurs et consommateurs de la zone urbaine de Nyakabiga en municipalité de Bujumbura. Pour les vendeurs, ils y trouvent un intérêt car ils ont une grande clientèle. Puisque « l’Urwarwa » et « l’insongo » coûtent moins chères, comparativement aux produits de la brasserie, nous avons une grande clientèle. Car, au lieu de prendre une seule bouteille de Primus, on peut prendre facilement trois bouteilles « d’Urwarwa » ou un litre «d’Insongo ». Beaucoup de gens et surtout ceux qui n’ont pas suffisamment de moyens suffisants se rabattent sur ces boissons et nous gagnons du pain pour les enfants », disent-ils.

Et pourtant elles sont quelques fois néfastes

Pour les consommateurs, ils ne nient pas que ces boissons soient quelques fois néfastes sur la santé car on n’a aucune idée sur la quantité d’alcool consommée. « Ces boissons sont fabriquées localement, à dose différentes. Quand on prend une bouteille, on ne sait pas quelle quantité d’alcool on a consommée. D’où les conséquences sur la santé », a confié A.N. Il ajoute qu’en plus du gaspillage des moyens familiaux, on observe beaucoup de gens qui s’enivrent jusqu’à perdre tout contrôle.

MIireille Kubwayo (Stagiaire)

Ouvrir