Publications de Presse Burundaise, Rohero I Avenue de la JRR N°17 Immeuble le SAVONNIER, Téléphone standard : (257) 22 22 62 32, Fax :(257) 22 22 58 94, email: pressequotidienne@yahoo.fr

ALIMENTATION> Notion de base sur la nutrition dans les cantines scolaires

Un besoin élémentaire dans le développement cognitif

Pour répondre aux besoins qui s’observent dans le fonctionnement des cantines scolaires, le ministère de l’Education, de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique à l’époque via sa direction nationale des cantines scolaire par l’appui de ses partenaires, a élaboré un module pour la promotion de la nutrition et l’hygiène en milieu scolaire.


Au Burundi, le secteur de l’éducation a pas mal de défis, entre autres l’abandon scolaire et le faible taux de réussite. Les facteurs qui influencent cette situation sont notamment l’insécurité alimentaire et la pauvreté dans les ménages. Pour faire face à cette situation, le gouvernement du Burundi à travers le ministère en charge de l’éducation a mis en place un programme de cantines scolaires au sein de la Direction nationale des cantines scolaires, avec l’appui technique et financier du programme alimentaire mondial (Pam).Afin d’améliorer le niveau de connaissance des enseignants en matière d’alimentation, de nutrition et d’hygiène, il a été convenu de développer un guide sur la nutrition et l’hygiène en milieu scolaire.Par définition, la malnutrition est un état pathologique résultant d’une inadéquation par excès ou par défaut entre les apports alimentaires et les besoins de l’organisme. La malnutrition par manque de produits alimentaires se manifeste plus rapidement chez les jeunes enfants. Il faut non seulement faire attention à la quantité, mais aussi à la qualité de nourriture. Cet apport insuffisant de nutriments peut s’installer d’une manière brusque suite à un événement malheureux qui survient dans une communauté et qui limite l’accès à la nourriture.

La malnutrition peut survenir progressivement suite à une alimentation insuffisante ou carencée en telle ou telle autre nutriment. Il s’agit de la malnutrition chronique.L’inadéquation des soins au sein de la famille et la communauté (charge de travail de la femme, mauvaise pratique d’allaitement, d’aliment et de complément, d’hygiène etc.), l’environnement domestique insalubre et le manque d’accès à des services de base (santé de qualité, l’eau potable, l’assainissement de base) sont autant de facteurs qui concourent à l’aggravation de l’état nutritionnel des enfants. Il est donc important de reconnaître les signes de malnutrition, pour pouvoir agir rapidement et référer dans les structures de prise en charge. Si on nourrit bien l’enfant en utilisant des aliments localement disponibles, on peut prévenir la malnutrition, et traiter les cas modérés. Au Burundi, la recherche a montré que la malnutrition sous ses différentes formes est un véritable problème de santé publique qui occasionne des dommages irréversibles pour la croissance physique et le  développement intellectuel des enfants,hypothéquant ainsi leurs performances scolaires.

ALINE NSHIMIRIMANA

Ouvrir