Publications de Presse Burundaise, Rohero I Avenue de la JRR N°17 Immeuble le SAVONNIER, Téléphone standard : (257) 22 22 62 32, Fax :(257) 22 22 58 94, email: pressequotidienne@yahoo.fr

SOCIETE> Les personnes vivant avec un handicap

Elles aussi peuvent réussir leur vie

Une personne handicapée est tout individu qui, pour des causes héréditaires, congéniales ou acquises, présente des déficiences d’ordre sensoriel, physique, mental et social plus ou moins profondes. Ces déficiences placent l’individu dans une situation de déplacement morale, physique, sociale et de dépendance économique.


La situation d’handicap constitue une certaine invalidité, une limitation ou restriction de participation à la vie en société.  Des fois, dans  son environnement, toute personne vivant avec un handicap sent le complexe de marginalisation.  C’est pourquoi certains handicapés ne peuvent pas jouer avec les autres. En famille, on les dénigre. A l’école, les enfants vivant avec un handicap se cachent des regards méprisants et mènent une vie difficile. Voici le triste constat d’E.N. qui nous rappelle pourtant que ces enfants discriminés peuvent faire mieux que les bien portants. « Il est vrai qu’un handicap peut affecter à des degrés différents la vie d’une personne et, par conséquent, ses relations avec sa famille et la collectivité.

Celui ou celle  qui en est porteur vit en fait  son handicap comme un négatif sur la façon dont la vie est organisée », dit-il.  Et d’ajouter que, malgré les nombreuses tentatives visant à donner une définition  générale à un  handicap, le problème reste entier. Les personnes handicapées sont souvent définies par opposition aux sujets  en bonne santé. Les personnes handicapées ont toutefois besoin, comme tout le monde, d’une aide médicale, mais uniquement en cas de maladie aiguë.

Savoir surmonter les préjugés

M. E.N. ajoute également que même lorsque l’handicap résulte d’une maladie de longue durée  ou chronique, cela n’empêche pas que certaines gens déconsidèrent la personne affectée. Mais il faut que la personne concernée sache surmonter les préjugés pour réussir sa vie. « Pour moi, a-t-il fait savoir, je ne dirai pas que mon entourage m’a maltraité à cause de mon infimité. Car, on m’a scolarisé et j’ai mon diplôme. Avec mon seul bras, je ne dirai pas que je suis invalide du tout car je peux écrire et réaliser pas mal d’activités. Mes parents m’ont fait un capital que j’ai su exploiter et, actuellement, je donne des emplois à certains jeunes en chômage ». 


Mireille Kubwayo (Stagiaire 

Ouvrir