Publications de Presse Burundaise, Rohero I Avenue de la JRR N°17 Immeuble le SAVONNIER, Téléphone standard : (257) 22 22 62 32, Fax :(257) 22 22 58 94, email: pressequotidienne@yahoo.fr

Formations sanitaires > Lenteur dans certains services

Des visites de terrain sont nécessaires pour voir leur fonctionnement

Dans certaines formations sanitaires, les patients se lamentent que les services sont lents. Tantôt, les prestataires commencent tardivement le travail, tantôt ils commencent à servir leurs connaissances. Par conséquent, les patients se lamentent qu’ils sont mal accueillis à cause de cette lenteur dans certains services. Ils demandent au ministère ayant en charge les formations sanitaires de faire des visites de terrain pour se rendre compte de leur fonctionnement.


Dans une formation sanitaire se trouvant en Zone Buyenzi, les patients se lamentent que quand ils se présentent au laboratoire pour faire les examens prescrits par le médecin, ils remarquent une certaine lenteur inexplicable : « Nous nous présentons très tôt le matin vers 6 heures du matin. Ceux qui y prestent arrivent vers 8 heures. A leur arrivée, tous les patients pensent qu’ils vont être accueillis sans tarder. Mais, nous pouvons attendre encore une heure de temps. Et, quand ils débutent, ils commencent à servir leurs connaissances. Nous nous retrouvons vers 10 heures passées sans faire aucune consultation. Or, parmi eux, il y a ceux qui exigent que nous devons nous présenter au laboratoire à jeûn. Mais, les prestataires ne se soucient pas de ces exigences. Cette lenteur fait que le travail qui devrait normalement se terminer à 10 heures peut même arriver vers 13 heures», ont-ils indiqué.

  Un double travail peut être la cause de la lenteur dans les services

 Dans une autre formation se trouvant en Zone Ngagara, les parents qui se présentent pour les vaccins de leurs enfants se lamentent que les prestataires commencent tardivement le travail. « Ils peuvent même se présenter vers 10 heures du matin alors que les parents sont arrivés depuis 7 heures. Même quand ils commencent, il arrive qu’un des prestataires soit empêché. Dans ce cas, le seul qui s’est présenté doit faire un double travail. Il commence par faire des enregistrements, puis donne des vaccins ensuite. Par conséquent, les parents qui se sont présentés très tôt le matin pensant qu’ils peuvent recevoir des vaccins avant 10 heures ne retournent à la maison que vers midi », ont-ils déploré. Les parents rencontrés dans ladite formation sanitaire demandent au ministère ayant en charge les formations sanitaires de faire des visites de terrain pour se rendre compte de leur fonctionnement.           

ROSE MPEKERIMANA         

Ouvrir