Publications de Presse Burundaise, Rohero I Avenue de la JRR N°17 Immeuble le SAVONNIER, Téléphone standard : (257) 22 22 62 32, Fax :(257) 22 22 58 94, email: pressequotidienne@yahoo.fr

APADECO> Son rôle dans le développement de la femme

Elle est le pilier du développement de  sa famille 

0000aaaaaaz03La femme est le pilier du développement de sa famille. Sans la paix, il n’y a pas de développement et sans le développement, il ne peut pas y avoir de paix durable. C’est ainsi que l’Action pour la paix et le développement communautaire (Apadeco) joue un rôle incontournable dans le développement de la femme. 

Dans un entretien que , le représentant légal de l’Apadeco Fabien Bimenyimana a accordé au journal Le Renouveau, le lundi 29 avril 2019, il a indiqué que cette association joue un rôle incontournable dans le développement de la femme. « Dans tous les projets que nous sommes en train de réaliser dans  différentes provinces du pays, on collabore énormément avec les femmes» a dit M. Bimenyimana. Au centre du pays, nous avons distribué dernièrement des porcs aux femmes. Les bénéficiaires sont les femmes démunies et d’autres qui ont été victimes des grossesses non désirées», a ajouté notre  interlocuteur.  

Il a précisé que le même projet a été réalisé dans la province de Kayanza. Dans cette province, on a loué des parcelles  cultivables pour  certaines femmes, ce qui leur a permis de pratiquer la culture  des pommes de terre. Une partie de la production est vendue et cela  leur a permis d’exercer des activités génératrices de revenus afin de s’auto développer. Et d’ajouter qu’on leur a également donné des chèvres et on  les  a encouragées à pratiquer la chaîne de solidarité. M. Bimenyimana a précisé qu’on a encore regroupé  ces femmes et  on leur  a montré comment pratiquer l’élevage et l’agriculture modernes mais également comment protéger l’environnement.

En Mairie de Bujumbura, M. Bimenyimana a signalé que l’association s’est donné l’objectif de pratiquer la culture des amarantes dans certains endroits. « Pour vendre ces champs d’amarantes, les membres de l’association se conviennent avec les vendeuses afin qu’elles versent le montant convenu après avoir vendu les amarantes de tout le champ. Ces vendeuses encaissent la différence comme bénéfice. Ce qui leur permet en conséquence de se développer et de développer leur famille », a fait savoir M. Bimenyimana. Dans la province de Ngozi, notre interlocuteur a souligné qu’on a organisé des séances de renforcement de capacités à l’endroit d’une vingtaine de femmes dont les femmes démunies et d’autres qui ont été victime de grossesses non désirées. On les a incitées également à faire la stabulation permanente afin que  le fumier soit utilisé dans la fertilisation du sol.Il a terminé en indiquant que la femme est le pilier du développement  de sa famille. 

Emalyne Iradukunda

Ouvrir