Publications de Presse Burundaise, Rohero I Avenue de la JRR N°17 Immeuble le SAVONNIER, Téléphone standard : (257) 22 22 62 32, Fax :(257) 22 22 58 94, email: pressequotidienne@yahoo.fr

Ngagara Q X> Construction anarchique des gargotes

Le danger sur la santé est là

 

DSCO0811Au quartier X de la zone Ngagara, les femmes installent des gargotes un peu partout.  Les clients sont diversifiés et mangent à satiété à bas prix. Ceux et celles qui font cette activité génératrice de revenus en sont contents mais l’hygiène reste une préoccupation à cette endroit.   

 

Au quartier X, tout près de l’Office du transport en commun, des gens installent des gargotes. Là, on y trouve quelque chose à manger et à boire. Des gens viennent aisément se ravitailler. Mais, on se pose la question de savoir comment on peut trouver de l’eau potable. Les exploitants de ces gargotes essaient de conserver l’eau dans des bidons. Il reste à savoir quelle quantité d’eau ils peuvent conserver. En effet, cette eau est utilisée dans la cuisson, la vaisselle. Elle est également servie aux clients pour boire, et peut éventuellement servir à se laver les mains.  Mais, le problème reste au niveau des lieux d’aisance. On se pose la question de savoir comment les gens s’y prennent quand ils veulent se soulager. Surement qu’ils le font dans un coin à côté suite à un manque de lieux prévus pour ce besoin. Et là, il faut s’attendre à des maladies des mains sales. Que pensent ces exploitants ? Que va faire l’administration et les services d’assainissement? Il faut dans tous les cas faire quelque chose allant dans le sens de prévenir les maladies liées au manque d’hygiène.C’est un endroit surement stratégique. En effet, en plus des clients composés essentiellement de travailleurs dans les chantiers et dans différentes usines dans ce quartier, les conducteurs de motos, les conducteurs de biens et personnes à vélos. En outre, cet endroit sert de parking pour les conducteurs de camions, des bennes de location communément appelés transvilles en attendant qu’un client vienne. Bien plus, comme c’est à l’entrée de l’Office du transport en commun, certains demandeurs de services à cet Office pourront visiter ces gargotes pour se ravitailler. Et tout ce monde-là, ne sera-t-il pas exposé à divers problèmes ? Dieu sait tout, et nous, nous sommes appelés à agir pour ne pas s’attirer des foudres.                                                                                                  

Alfred Nimbona

Ouvrir