Publications de Presse Burundaise, Rohero I Avenue de la JRR N°17 Immeuble le SAVONNIER, Téléphone standard : (257) 22 22 62 32, Fax :(257) 22 22 58 94, email: pressequotidienne@yahoo.fr

MSPLS > Visite des sites d’entrée à la frontière burundo-congolaise

Les prestations en matière de surveillance du virus d’Ebola sont satisfaisantes

 

DSC01227Dans le cadre de la lutte contre le virus d’Ebola et en compagnie des partenaires, le ministre de la Santé publique et de la lutte contre le sida, Thaddée Ndikumana, a effectué, le jeudi 4 Avril 2019, une visite des sites d’entrée à la frontière entre le Burundi et la République démocratique du Congo en province de Cibitoke et dans la zone Gatumba. C’était dans le but de se rendre compte des réalisations des prestataires qui font la surveillance et de se rassurer que le matériel installé sur ces sites dans le but de surveiller et d’éviter que le virus Ebola n’atteigne le Burundi est fonctionnel. Après avoir fait le tour dans ces sites, il a indiqué qu’il est satisfait.   

 

Selon le ministre de la santé publique et de la lutte contre le sida, Thaddée Ndikumana , dans le but d’éviter que l’épidémie d’Ebola qui se manifeste déjà en République démocratique du Congo (RDC) n’attaque le Burundi, on fait une surveillance  comme les autres et le Burundi compte au total 22 sites. « Nous voudrions donc voir si réellement les choses sont en place. D’une façon générale, nous sommes satisfaits parce que partout où nous sommes passés, il y a les prestataires qui font la surveillance et le scruming. Avec les partenaires qui appuient le ministère en charge de la santé, on s’était convenu qu’ils mettent le paquet minimum dans chaque site surtout au niveau des abris et, il y a les conteneurs qui ont été érigés dans ces sites pour faciliter le scruming ». Selon le ministre de la santé publique et de la lutte contre le sida, Thaddée Ndikumana , dans le but d’éviter que l’épidémie d’Ebola qui se manifeste déjà en République démocratique du Congo (RDC) n’attaque le Burundi, on fait une surveillance  comme les autres et le Burundi compte au total 22 sites. « Nous voudrions donc voir si réellement les choses sont en place. D’une façon générale, nous sommes satisfaits parce que partout où nous sommes passés, il y a les prestataires qui font la surveillance et le scruming. Avec les partenaires qui appuient le ministère en charge de la santé, on s’était convenu qu’ils mettent le paquet minimum dans chaque site surtout au niveau des abris et, il y a les conteneurs qui ont été érigés dans ces sites pour faciliter le scruming ». Il a déploré qu’il y ait encore le manque d’eau et de lieux d’aisance mais tout en indiquant que les constructions sont en cours. « Nous espérons que d’ici la fin du mois d’avril, on aura terminé à construire les sites provisoires parce qu’on a un autre projet de construire en dur ces sites afin de répondre à une autre exigence de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) qui est en rapport avec le règlement sanitaire international où chaque pays est appelé à voir en permanence les prestataires qui travaillent de commun accord avec les agents de l’immigration et les agents de la police pour surveiller surtout les maladies  transfrontalières ». A propos d’un nouvel appareil de scruming qui est installé à la frontière de Gatumba, le ministre Ndikumana indique qu’ils ont voulu améliorer le type de scruming et que cet appareil permet de scanner plusieurs personnes en même temps. Selon lui, il sera aussi à l’Aéroport international de Bujumbura, à Ruhwa, à Rumonge, à Kobero et à Gasenyi Nemba. 

Astère Nduwamungu

Ouvrir