Publications de Presse Burundaise, Rohero I Avenue de la JRR N°17 Immeuble le SAVONNIER, Téléphone standard : (257) 22 22 62 32, Fax :(257) 22 22 58 94, email: pressequotidienne@yahoo.fr

MSPLS> La problématique de la tuberculose

Malgré les efforts fournis, il y a toujours recrudescence de cette maladie

 

DSC OO17Dans un entretien qu’il a accordé au quotidien Le Renouveau, le directeur du Programme national intégré de lutte contre la tuberculose, Helménégilde Nzimenya, indique que 7 202 cas se sont observés en 2018 contre 7 862 cas en 2017 et 2 317 cas en 1985. Ce qui représente plus d’un triplement du nombre de cas dépistés. Il souligne qu’une part essentielle de cette d’augmentation revient à l’épidémie du VIH. 

 

Le directeur du Programme national intégré de lutte contre la tuberculose, eu sein du ministère de la Santé publique et de la lutte contre le Sida,  Helménégilde Nzimenya, indique que la tuberculose existe au Burundi et est traitée gratuitement. Pourtant, dit-il, il y a une recrudescence de cette maladie. Pour lui, cette recrudescence est essentiellement due à la promiscuité, à la pauvreté d’où retard de consultation. D’où le risque annuel de tuberculose est  de 10% chez les séropositifs contre 0,2% chez les hommes ne vivant pas avec le VIH-sidaLes conséquences sont notamment l’augmentation du risque de contagiosité  du fait de l’augmentation du nombre de cas de TPB, le débordement des structures de soins, le retentissement socio-économique par l’augmentation de l’absentéisme professionnel pour cause de maladie, surpeuplement des  hôpitaux par les malades, le décès précoce de cadres compétents ainsi que le risque de transmission nosocomiale et de TB multi résistante.Pour faire face à cette maladie, Dr. Nzimenya indique que pas mal d’activités sont prévues cette année. « Nous comptons améliorer le diagnostic de la tuberculose en mettant à contribution toutes les formations sanitaires : publiques, privées, associatives et confessionnelles, à travers la présomption, la collecte  et le transfert  des échantillons de crachats vers les centres de traitement de la tuberculose (CDT), améliorer le diagnostic de la TB dans les groupes à haut risque grâce aux 23 appareils GeneXpert qui sont installés dans les hôpitaux de provinces ainsi que la mise en réseau des appareils GeneXpert».

Des stratégies sont prévues

Avec un objectif de mettre fin à la Tuberculose, Dr Nzimenya dit qu’on prévoit le  dépistage de 90% des cas de TB en général et de 90% des cas de TB au sein des groupes à risque par la poursuite du dépistage passif pour les patients se présentant spontanément dans les CDT avec des symptômes de tuberculose, le remplacement progressif des microscopes par les appareils GeneXpert même pour les cas de tuberculose sensible, l’opérationnalisation du dépistage dans les groupes à risque par l’utilisation systématique de la Radiographie numérique mobile Selon Dr Nzimenya, il est également prévu l’adoption de nouveaux médicaments et combinaisons thérapeutiques recommandés par l’OMS pour traiter la tuberculose et la tuberculose pharmaco résistante, la régularité des supervisions dans tous les centres de prise en charge de toutes les provinces, la documentation des interventions favorisant la diminution progressive des cas d’abandon et leur évaluation régulière, l’introduction de nouvelles formulations TB pédiatriques, la poursuite du traitement préventif à l’isoniazide chez les enfants de moins de 5 ans en contacts avec les TBP+, indemne de TB. Il n’a pas oublié la mise en place des initiatives axées sur la recherche opérationnelle et le traitement efficace de tous les cas existants.  Pour vaincre la tuberculose, Dr Nzimenya souligne que c’est une affaire de synergie. D’où les organisations de la société civile et les formations sanitaires doivent être impliquées et renforcées pour apporter un soutien en matière de diagnostic, de soins et de soutien aux malades tuberculeux, élargir l’accès aux services requis et aider les gouvernements à transposer à grande échelle les services. Vous saurez que cette année, au Burundi, la journée de lutte contre la tuberculose qui se célèbre le 24 mars de chaque année, a été reportée pour être officiellement célébrée dans la province de Ngozi, au Centre de santé Mivo, en date du 5 avril 2019, sous le thème : « Il est temps de mettre fin à la  tuberculose »
 

Donathe Ndayisenga (stagiaire)

Ouvrir