Publications de Presse Burundaise, Rohero I Avenue de la JRR N°17 Immeuble le SAVONNIER, Téléphone standard : (257) 22 22 62 32, Fax :(257) 22 22 58 94, email: pressequotidienne@yahoo.fr

EDUCATION> Impact de l’absence prolongée d’un des parents sur les enfants en bas âge

Le parent doit communiquer fréquemment pour combler le vide

 

IMG 0001Souvent contraint par le travail, un parent peut se retrouver loin de ses enfants pendant une période assez longue. Cela affecte les enfants, surtout s’ils sont encore en bas âge. Le mieux serait alors d’intéragir avec les enfants le plus possible.

 

Médiatrice Nibaruta, psychologue, nous parle des conséquences que cela peut causer chez un enfant en bas âge séparé d’un de ses parents pendant une longue période:« Des blessures psychologiques peuvent en découler le plus souvent chez les enfants de zéro à six ans, les blessures d’abandon en font partie. Si c’est la mère qui est absente le plus à craindre est ce qu’on appelle les carences affectives.Cette tranche d’âge est très sensible. Ces carences affectives peuvent alors occasionner des troubles psychiatriques et le développement de l’intelligence peut en pâtir». L’intelligence, fait savoir la psychologue, peut être influencée par l’affection. L’enfant qui aura reçu suffisamment d’affection de la part de ses parents développera plus son intelligence que l’enfant en carence d’affection.

«Il faut alors adopter des stratégies»

Médiatrice Nibaruta  conseille aux parents de contrer cette absence par la communication à distance. Les appels vidéo sont une des alternatives qu’elles conseillent : « Le parent qui s’absente doit parler avec son ou ses enfants aussi petits soient-ils et leur décrire dans la mesure du possible et bien sûr à leur niveau de compréhension  pourquoi il s’absente, faire une petite description de son lieu de travail, le matin je me réveille à telle heure, aujourd’hui j’ai mangé ceci. De cette manière, l’enfant se sent proche du parent qui est loin».La psychologue fait savoir également que le parent qui est resté peut apporter son soutien et être plus présent pour combler le vide et parler avec l’autre parent le plus souvent possible. Et une fois le parent qui était absent rentre, qu’il consacre du temps aux enfants mais séparément. Il pourra alors lui demander comment il s’est occupé en son absence, ses relations avec les frères et les sœurs ou son entourage, cela même lorsque l’enfant a deux ans.Il peut ne pas répondre mais il sera en train d’écouter.Toutes ces stratégies, fait remarquer Mme Nibaruta c’est pour éviter les troubles psychologiques observés à l’âge adulte qui peuvent résulter d’une vie pleine de confusion et de blessures d’abandon vécues pendant l’enfance.

Carlène Mugisha (stagiaire)

Ouvrir