Publications de Presse Burundaise, Rohero I Avenue de la JRR N°17 Immeuble le SAVONNIER, Téléphone standard : (257) 22 22 62 32, Fax :(257) 22 22 58 94, email: pressequotidienne@yahoo.fr

ZONE BUYENZI> Etat de circulation dans les rues

Elle est encore gênée par les épaves et les véhicules en réparation

 

DSC06954Les épaves et les véhicules en réparation gênent toujours la circulation en zone urbaine de Buyenzi. Après la mesure du maire, vers la fin de 2018 visant le désengorgement des rues de cette zone, une amélioration se remarque. Néanmoins, cette mesure  n’est pas appliquée par les mécaniciens dans toutes ses dimensions pour rendre propre la ville.  

 

Dans beaucoup de rues de la zone Buyenzi se font la réparation des véhicules et s’observe encore des épaves. La situation est comme telle alors que le maire de la ville de Bujumbura, Freddy Mbonimpa, avait mis en garde les mécaniciens et les propriétaires de dégager les rues en enlevant les épaves avant la fin de l’année 2018. Il les a également exhortés à faire entrer ces véhicules dans les parcelles le soir avant de rentrer. Et aux mécaniciens de faire leur travaux de mécanique sur l’un des cotés de la rue pour ne pas encombrer la circulation en attendant l’aménagement d’un autre endroit pour les y  installer. L’ampleur de ladite situation a été atténuée, car le nombre de véhicules délaissés dans les rues a été diminué. Néanmoins, la réparation se fait encore sur les deux bords des rues gênant encore la circulation dans pas mal de rues. La quasi-totalité de ces mécaniciens n’ont pas d’espace dans les parcelles où garer ces véhicules car la plupart des parcelles de la zone Buyenzi n’ont pas d’entrée de véhicules. Même les propriétaires des véhicules en réparation ne prennent pas de précaution pour s’assurer si cette mesure du maire est mise en application. L’aération des rues donne l’accès aux services de secours en cas d’incendie et de malfaiteurs.A part l’aspect de faciliter la circulation et  de maintenir la sécurité, la mécanique dans les rues est une source d’insalubrité. Les pièces des véhicules non utiles, les huiles de graissage et le carburant versés dans les rues et dans les  caniveaux rendent désagréable le milieu. Il est également à noter que  ces déchets dégradent l’environnement car les ruissellements les emportent jusque dans le lac Tanganyika.  

Ezéchiel Misigaro   

Ouvrir