Publications de Presse Burundaise, Rohero I Avenue de la JRR N°17 Immeuble le SAVONNIER, Téléphone standard : (257) 22 22 62 32, Fax :(257) 22 22 58 94, email: pressequotidienne@yahoo.fr

FVS- AMADE BURUNDI> Enfants burundais ayant des pathologies cardio-thoraciques

Information sur leur prise en charge

 

IMG 9459La FVS-AMADE Burundi, en collaboration avec le Bon Samaritain et Mécénat, a organisé le jeudi 7 mars 2019, une conférence de presse sur les  conditions d’accueil, des pathologies prises en charge et bien d’autres informations nécessaires pour faire soigner les enfants nécessiteux par le collectif humanitaire Monaco. Et c’est une meilleure occasion d’informer la population burundaise, les médecins et d’autres personnes qui sont souvent confrontées à des cas pareils. 

 

Pour Spès Nihangaza, représentante légale de la FVS-AMADE Burundi et Monaco collectif humanitaire (MCH), elle a d’abord indiqué que le collectif MCH travaille en étroite collaboration avec Mécénat et la maison Bon Samaritain du Burundi en vue d’aider les enfants qui ont des pathologies cardio-thoraciques et orthopédiques à aller se faire soigner à l’étranger. Mme. Nihangaza a ensuite ajouté que la catégorie des enfants pris en charge  doit avoir un âge inférieur à quinze ans, et dont leur état de santé nécessite une intervention chirurgicale qui est irréalisable dans leurs pays d’origine, surtout par manque de moyens. « Et les accueils dans les différents hôpitaux partenaires sont réalisés sans distinction de pays, de race, de régime politique, d’ethnie et de religion. Et ils sont également menés dans le strict respect de la personne humaine, des coutumes, des usages de chaque enfant et des législations des pays concernés », a bien expliqué Mme Nihangaza. Cette dernière a en plus informé que  MCH se charge également du payement des billets et que les autres documents y relatifs sont à la charge de la famille du patient.

« Après le parrainage médical,  suit celui de la scolarité »

Quant à Grégoire Ngenzebuhoro, représentant légal de Mécénat au  Burundi, il a informé que celui-ci prend en charge les enfants qui naissent avec des malformations cardiaques. «  Et jusqu’aujourd’hui, l’association a déjà aidé trois mille enfants », a-t-il précisé. M. Ngenzebuhoro a affirmé qu’en  parallèle de l’accueil et des opérations dans les différents hôpitaux en France, M. Ngenzebuhoro a aussi affirmé que Mécénat chirurgie cardiaque a  principalement le souci de pérenniser et d’optimiser son action en développant ses contacts  avec les pays de provenance de ces enfants. « Et cette mission consiste  à former les pédiatres et cardiologues locaux au diagnostic des malformations cardiaques et à parrainer la scolarité des enfants opérés après leur retour au pays », a-t-il renchéri.

« La maison Bon Samaritain du Burundi, une liaison pour toutes les procédures administratives »

Pour ce qui concerne la constitution du dossier  à l’endroit de tous les patients, Alexis Butoyi, représentant légal de la maison « Bon Samaritain »,  a indiqué que cette  dernière s’occupe de toutes les procédures administratives afin de bien faciliter surtout l’obtention de tous les documents nécessaires. « Et pour ce qui est de l’assistance des patients, la maison Bon Samaritain  soutient tous les patients, qu’ils soient enfants ou adultes », a bien précisé M. Butoyi. Pour terminer, tous les représentants de ces associations ont lancé un appel vibrant à l’endroit de tous les parents d’amener leurs enfants chez les médecins le plus tôt possible dès l’apparition des premiers symptômes. Et à l’endroit des Burundais de bonne foi et qui ont des moyens, de contribuer financièrement en cas de nécessité pour que beaucoup d’enfants puissent être soignés, car la majorité ratent cette chance par manque de moyens.

Avit Ndayiragije, Joy Kamariyagwe (Stagiaire)

Ouvrir