Publications de Presse Burundaise, Rohero I Avenue de la JRR N°17 Immeuble le SAVONNIER, Téléphone standard : (257) 22 22 62 32, Fax :(257) 22 22 58 94, email: pressequotidienne@yahoo.fr

Journée internationale de la femme> Synergie des médias organisée par l’AFJO

La protection sociale chez la femme est d’une importance capitale

 

IMG 0002A l’occasion de la Journée internationale de la femme célébrée le 8 mars de chaque année, l’Association des femmes journalistes (AFJO) a organisé le jeudi 7 mars 2019, une synergie des médias où les invités étaient les représentants de différents ministères et de certaines associations de femmes pour parler de leur soutien envers la femme burundaise ainsi que des défis rencontrés dans le domaine de la protection sociale. 

 

Selon Francine Munezero, secrétaire exécutif de la Commission nationale de protection sociale, un des  défis observés  dans ce domaine est qu’il y avait un Code de la sécurité sociale uniquement réservé aux employés du secteur formel. Mais, avec la mise en place de la Politique nationale de protection sociale, on a pensé aussi à mettre les gens du secteur informel rural pour assurer leur protection sociale. Pour la Plate-forme des acteurs des mutuelles de santé du Burundi, Espérance Kaneza, secrétaire exécutif de Pamusab, qui est un collectif de différentes associations accompagnant les mutuelles de santé, a dit qu’au sein de ces associations, la femme occupe une place de choix dans la mesure où si quelqu’un tombe malade, c’est la femme qui a une grande responsabilité à faire soigner cette personne. En instaurant ces mutuelles de santé, «  le but était de faciliter la tâche à la femme en prenant en charge sa famille ». Ces femmes font d’autres activités via leurs associations comme la sensibilisation dans la lutte contre  certaines maladies et d’autres.
 

Problèmes rencontrés par les femmes

Du côté de l’éducation de la femme au Burundi, Jean Rukanura du ministère en charge de l’éducation a indiqué que l’éducation de la fille a connu des progrès grâce à la gratuité de la scolarité depuis 2005, au moment où d’autres programmes ont été élaborés en vue de les aider à aller de l’avant. Concernant les abandons scolaires, M. Rukanura a précisé que cela est dû aux mariages précoces, aux tâches ménagères et aux grossesses non désirées. Pour ces cas d’abandons, les garçons sont à 17,4 % tandis que les filles sont à 12,2%. Des cas liés aux abandons scolaires et aux grossesses non désirées sont également observés à l’intérieur du pays comme à Gihanga, sans oublier les problèmes de concubinage qui occasionnent des conflits familiaux, observés aussi dans la province de Rumonge. Dans la province de Gitega, les femmes travaillant dans des entreprises privées se heurtent aux problèmes liés à leur travail comme l’octroi des congés de maternité, des soins de santé insuffisants, etc.
 

Assurer la protection sociale de la femme

Dans le domaine de la justice, Denis Ndayisaba qui a représenté le ministère en charge de ce secteur a fait savoir qu’on  essaie d’assurer la protection de la femme en cas de problèmes comme les VBG. Au niveau de la sécurité, Clotilde Poyongo a dit que les femmes font le même travail que les hommes mais leur représentativité est encore très basse, c’est-à-dire moins de 10%. Au niveau du ministère en charge des médias, Chanel Nsabimbona a indiqué qu’au niveau de la Politique nationale de la communication, la femme doit travailler à l’aise. Et d’ajouter que les femmes prennent du temps suffisant pour faire leurs émissions par rapport aux hommes.D’après Francine Munezero, parmi  les projets qui asurent la protection sociale surtout chez la femme, il y a le projet « Merankabandi »  qui octroie des moyens aux familles surtout les femmes. Des séances de sensibilisation se font pour soutenir les associations de développement des femmes. Au niveau de la Pamusab, Espérance Kaneza a dit qu’on va  surtout se focaliser sur l’accroissement des activités des membres surtout allant dans le sens d’assurer la protection sociale de la femme.                                                                                                                                                     

YVETTE IRAMBONA

Ouvrir