Publications de Presse Burundaise, Rohero I Avenue de la JRR N°17 Immeuble le SAVONNIER, Téléphone standard : (257) 22 22 62 32, Fax :(257) 22 22 58 94, email: pressequotidienne@yahoo.fr

MARCHE NGAGARA II> Etat d’hygiène à ses alentours

Les immondices s’y trouvant constituent un vecteur de maladies

 

IMG12100La rédaction du quotidien burundais d’information Le Renouveau a visité le mercredi 30 janvier 2019 le marché Ngagara II, situé dans la zone de Ngagara en commune Muha, pour se rendre compte de l’état d’hygène de ce marché. La coexistence d’immondices et de marchandises dans un pavé des alentours constitue un vecteur des maladies. 

 

Au marché dit Cotebu, l’état d’hygiène est critique. Arrivé dans la partie sud, on est accueilli par les odeurs nauséabondes. Les saletés en provenance du marché sont jetées dans une route pavée séparant ledit marché et l’Interbank.  Ces immondices sont constituées des restes des marchandises tels que les restes des légumes, comme ananas, des amarantes, des oignons, des poivrons, des tomates, etc ; les feuilles de bananes et d’eucalyptus qui emballent les marchandises comme les tomates, etc.Parallèlement, certaines vendeuses des légumes et des vivres frais étalent leurs marchandises sur les déchets éparpillés dans cette route pavée. Cette route qui devait être utilisée pour la circulation des véhicules et des gens qui fréquentent ledit marché est devenue en même temps un dépotoir et un point de vente. Lors de cette visite, la même rédaction a constaté que les  vendeuses de cet endroit et ceux de certains stands environnants peuvent être contaminés par les maladies liées au manque l’hygiène. Les marchandises peuvent également être contaminées. Selon ces vendeuses, elles n’ont pas d’autres choix car elles n’ont pas de stands à l’intérieur de marché. En plus, ont-elles fait savoir, elles trouvent facilement des clients pour leurs marchandises par rapport à plusieurs endroits de l’intérieur du marché. Les clients qui fréquentent cet endroit s’indignent du fait que ces ordures constituent un vecteur de maladies. A cet effet, les vendeurs comme les clients peuvent attraper les maladies et ils  demandent aux services habilités d’y améliorer les conditions d’hygiène. 

Mireille Kubwayo (Stagiaire)

Ouvrir