Publications de Presse Burundaise, Rohero I Avenue de la JRR N°17 Immeuble le SAVONNIER, Téléphone standard : (257) 22 22 62 32, Fax :(257) 22 22 58 94, email: pressequotidienne@yahoo.fr

PREMIERE DAME> Atelier de mobilisation des leaders religieux sur le VIH/Sida

Il est conseillé aux musulmans d’intensifier les efforts pour protéger les générations futures

DSC05218La Première dame du Burundi, Denise Nkurunziza, a rencontré les leaders musulmans pour échanger sur l’état de la réponse au VIH/sida, le samedi 1er décembre 2018 à Bujumbura dans les enceintes de l’INSP. Elle leur a conseillé d’intensifier les efforts pour protéger les générations à venir.   

 

La Première dame du Burundi, Denise Nkurunziza en collaboration avec le ministère de la Santé publique et de la lutte contre le sida, a organisé un atelier de mobilisation à l’intention des leaders musulmans de toutes les provinces du pays. Les différents intervenants, notamment le ministre de la Santé publique et de la lutte contre le sida ainsi que le représentant des leaders musulmans Sadick Kajandi, ont remercié Mme Nkurunziza pour le soutien qu’elle apporte au gouvernement en matière de lutte contre le sida et pour l’honneur qu’elle venait de témoigner à la communauté musulmane. Dr. Aimé Ndayizeye, directeur du Programme national de lutte contre le sida et des infections sexuellement transmissibles, dans son exposé, a souligné qu’il est encore nécessaire de renforcer l’implication des organisations communautaires et confessionnelles dans la stimulation de la demande des services VIH. Il a fait savoir qu’une enquête de démographie de santé a montré que la séroprévalence par religion a montré qu’elle est de 3.6% chez les musulmans tandis qu’elle est de 0.8 % chez les catholiques et de 0.4 % chez les protestants. Les leaders musulmans n’ont pas été convaincus par ces chiffres, étant donné que les musulmans ne se faisaient pas dépister. Le ministre de la Santé et de la lutte contre le sida leur a expliqué que, d’une part, le nombre très limité de ceux qui se font dépister peut expliquer cette séroprévalence très élevée et que, d’autre part, le fait qu’un homme musulman peut avoir plusieurs femmes multiplie les risques de contamination. Les participants ont expliqué qu’il y a des actions déjà initiées pour lutter contre ce fléau notamment le dépistage avant le mariage. La Première dame Denise Nkurunziza, a conseillé aux musulmans d’intensifier ces actions et surtout de miser sur le dialogue en famille et la bonne éducation pour protéger les générations futures. Elle leur a promis de multiplier les formations à leur intention. Les participants à l’atelier ont suivi l’exemple de la Première dame en répondant au dépistage volontaire.         

Grâce-DIivine Gahimbare

Ouvrir