Publications de Presse Burundaise, Rohero I Avenue de la JRR N°17 Immeuble le SAVONNIER, Téléphone standard : (257) 22 22 62 32, Fax :(257) 22 22 58 94, email: pressequotidienne@yahoo.fr

Province de Kirundo> Avis de certaines femmes de Bugabira sur les violences faites aux femmes

Elles freinent le développement familial

 

DSC 0612Les violences faites aux femmes et aux filles sont une réalité dans plusieurs localités du pays. Cela freine de développement des ménages. En commune Bugabira dans la province de Kirundo, certaines femmes subissent ce genre de violences. 

 

Dans un entretien avec certaines femmes rencontrées sur la colline Ruhehe de la commune Bugabira, elles ont fait savoir que beaucoup de femmes sont victimes des violences. Irène Mukarutesi est une femme âgée de vingt huit ans, et mère de quatre enfants. Elle a indiqué qu’elle voit dans son entourage des femmes victimes de violences. Les cas qui sont souvent observés sont  ceux des hommes qui se marient à  deux femmes à la fois. Mme Mukarutesi a indiqué que par exemple, un homme qui est marié à une femme peut la laisser à la maison pour aller vivre avec une autre fille. A ce moment, la femme reste à la maison, le mari revient quand il veut. La femme s’occupe seule de toutes les charges familiales. L’administration essaie de décourager ce mauvais comportement mais il y a des hommes qui ne changent pas. L’autre forme de violence plus fréquente est le fait  qu’une femme n’a aucun droit sur les biens familiaux. Une femme cultive les champs et c’est son mari qui gère la récolte. Il vend cette récolte comme il veut sans aucun consentement avec sa femme jusqu’à ce qu’il vende même les semences. Si la femme réagit, elle est frappée par son mari en lui disant que c’est l’homme qui a le dernier mot dans le ménage. Mme Mukarutesi a fait savoir qu’aujourd’hui, certaines femmes osent parler des violences qu’elles subissent. Elles se rendent dans les centres de développements familiaux et communautaires (CDFC) pour bénéficier des conseils. C’est grâce à ces derniers que la femme parvient à savoir  comment  faire face à tous les problèmes causés par les hommes.Mme Mukarutesi a demandé aux femmes victimes de violences de briser le silence. Car, conclut-elle, quand quelqu’un expose son problème, les autres peuvent l’aider à trouver des solutions. 

Lucie Ngoyagoye

Ouvrir