Publications de Presse Burundaise, Rohero I Avenue de la JRR N°17 Immeuble le SAVONNIER, Téléphone standard : (257) 22 22 62 32, Fax :(257) 22 22 58 94, email: pressequotidienne@yahoo.fr

Carama> Rivière Gikoma

Les enfants qui se baignent dans les eaux déviées sont exposés aux maladies

 

IMG 0303Sur la petite rivière communément appelée  Gikoma qui sépare le quartier Carama d’un côté et la zone Rubirizi d’un autre, un barrage a été érigé.  Ce barrage permet d’acheminer l’eau d’irrigation dans les champs. Les enfants passent des heures et des heures à se baigner dans cette eau malheureusement très sale et courent les risques d’attraper les maladies de diverses sortes.  

 

Les enfants du quartier Carama et de ses environs passent souvent la journée pendant les weekends en se baignant  dans les eaux de la rivière Gikoma. Cette rivière a été barrée aux fins d’irrigation des champs de cette localité. Certainement, quand ces enfants se baignent, ils boivent involontairement cette eau. Or, à l’œil nu, on remarque que cette eau est terriblement sale. Par ailleurs, cette rivière descend avec les saletés que les habitants du quartier Gahahe jettent dedans. Ces enfants donc sont exposés aux différentes maladies comme les maladies des mains sales et les maladies cutanées. De leur côté, ces  enfants ne semblent pas inquiétés. Ils se baignent comme si  la canalisation était  aménagée à cette fin. Certains de leurs parents remarquent ce qui se passe à côté d’eux, mais ne réagissent pas. Pas par indifférence chez certains. Ils disent que même si on crie, ces enfants n’arrêtent pas de se baigner dans cette eau. Certains viennent même de loin juste pour s’amuser dans cette eau. Ce sont les passants dans la Route nationale N°9 au niveau du pont de cette rivière qui critiquent cette situation. Tout le monde semble vouloir parler sans savoir à qui s’adresser pour faire un clin d’œil à ces enfants à défaut de rencontrer leurs parents. Tout parent qui passe s’imagine toutes les conséquences que cela comporte, se met à la place des parents de ces enfants  et sent le coût de faire soigner les maladies causées par  ces eaux. Certains ne parviennent pas à se retenir et approchent pour montrer à ces enfants le danger qu’il y a de se baigner dans une eau aussi sale celle-là. Mais, ces enfants ne semblent  même pas vouloir perdre leur temps à écouter ces conseils. Pour eux, c’est le jeu de sauter, de se renverser dans cette eau qui importe, le reste semble être imaginaire. Mais, le danger est vraiment là. 

Alfred Nimbona

Ouvrir