Publications de Presse Burundaise, Rohero I Avenue de la JRR N°17 Immeuble le SAVONNIER, Téléphone standard : (257) 22 22 62 32, Fax :(257) 22 22 58 94, email: pressequotidienne@yahoo.fr

ZONE URBAINE DE KINAMA> Envahissement de certaines voies publiques par des constructions anarchiques

Des mesures y relatives doivent être prises pour contrecarrer ce fléau

En zone urbaine de Kinama, certaines voies publiques situées sur certaines avenues de certains quartiers connaissent un envahissement par des constructions anarchiques. Les personnes des localités environnantes demandent aux autorités compétentes de prendre des décisions avant qu’il ne soit tard.


00acccccEn ces périodes, les constructions anarchiques dans la municipalité de Bujumbura sont devenues monnaie courante. La zone urbaine de Kinama n’est pas à l’abri de ce fléau. C’est le constat de la rédaction du journal Le Renouveau en date du 02 octobre 2018.Dans cette zone urbaine de Kinama, les cas de constructions anarchiques repérés par le journal Le Renouveau sont localisés dans différents quartiers. Il s’agit notamment du cas de la 6ème avenue du quartier Bukirasazi. En cet endroit, la route est en voie de disparition complète à cause des maisons qui y ont été érigées. Sur cette avenue, il y a des endroits où il est fort impossible  que deux véhicules se croisent.

L’un des véhicules est obligé de faire la marche en arrière jusqu’à trouver un endroit  où le chauffeur peut faire des manœuvres pour donner le passage à l’autre.D’autres endroits menacés par des constructions anarchiques sont localisés tout au long de l’avenue de l’unité aux côtés des quartiers  Ruyigi et Muramvya.  L’endroit destiné aux piétons a été et continue d’être envahi par des constructions des kiosques et des boutiques en planches. Les piétons sont alors obligés de passer en pleine route, ce qui leur cause des problèmes d’autant plus qu’il y a une circulation intense dans cette route. En plus de cela, les véhicules ou les motos peuvent cogner ces kiosques et boutiques en bois à voir la vitesse à laquelle ils roulent.Approchés par la rédaction du journal, les détenteurs de ces kiosques et boutiques ne veulent pas dire quelque chose. Mais les personnes des milieux environnants disent qu’il faut que ce désordre s’arrête. Ils demandent aux autorités compétentes de la municipalité de Bujumbura de prendre des mesures allant dans le sens d’éradiquer ce comportement inadéquat.  

MARTIN  KARABAGEGA

Ouvrir