Publications de Presse Burundaise, Rohero I Avenue de la JRR N°17 Immeuble le SAVONNIER, Téléphone standard : (257) 22 22 62 32, Fax :(257) 22 22 58 94, email: pressequotidienne@yahoo.fr

GENRE> Les femmes et le petit commerce

Pour subvenir aux besoins de leurs familles

Pour subvenir aux besoins de leurs familles, les femmes profitent de l’abondance de certaines marchandises au marché afin de les vendre en détail. Ces dernières passent d’une rue à l’autre et la population est incitée par la disponibilité de ces marchandises près de chez elle. Cependant, ces femmes ne trouvent pas le temps suffisant de s’occuper de leurs enfants car elles exercent ce commerce tous les jours.

 
010pLes femmes essaient d’exercer le commerce de divers produits pour subvenir aux besoins de leurs familles. En exerçant ce commerce,  ces femmes profitent donc de l’abondance de certaines marchandises au marché pour les vendre en détail. Le plus souvent, les produits vendus sont surtout les tomates, les avocats, les mangues, les oranges,  le manioc, le fretin frais, les patates douces, les oignons, les bananes mûres, etc. En effet, ces femmes s’en approvisionnent à des prix moins chers et, en passant dans les rues, la population est stimulée par la quantité de ces marchandises offertes en tas pour les acheter. Les citadines sont aussi incitées par la disponibilité de ces marchandises près de chez elles. Ce qui fait même celles qui n’ont pas l’envie d’acheter le font par influence.  Et le bénéfice qu’elles encaissent chaque jour va leur permettre de subvenir à leurs besoins ainsi qu’à ceux de leurs familles. Ce commerce est un casse-tête pour elles car en le faisant, elles passent d’un quartier à l’autre avec un panier contenant les marchandises sur la tête. Il y en a même qui le font avec un enfant sur le dos mais aussi sous un soleil accablant. Tandis qu’il y en a d’autres qui étalent leurs marchandises sur la voie publique pour stimuler les passants. 

Ces femmes n’ont pas le temps de rester à la maison

Cependant, la plupart de ces femmes qui exercent ce commerce n’ont pas le temps de rester à la maison pour s’occuper de leurs enfants. Pour dire qu’elles ne trouvent pas le temps suffisant leur permettant d’éduquer  leurs enfants. Puisque tous les jours du matin au soir, elles sont occupées par ce commerce. Elles retournent à la maison après avoir écoulé leurs marchandises. 

Emelyne Iradukunda

Ouvrir