Publications de Presse Burundaise, Rohero I Avenue de la JRR N°17 Immeuble le SAVONNIER, Téléphone standard : (257) 22 22 62 32, Fax :(257) 22 22 58 94, email: pressequotidienne@yahoo.fr

MINISTERE DE LA SANTE PUBLIQUE> Lancement officiel du projet de renforcement des services de santé maternelle et infantile

Pour garder en  vie et en bonne santé les mères et les enfants des quatre provinces ciblées

00aaa11erLe ministère de la Santé publique et de la lutte contre le sida, en collaboration avec l’Unicef, a procédé, le mardi 2 octobre 2018, au lancement officiel du  projet de renforcement des services de santé maternelle et infantile. Ledit projet financé par  l’ambassade du Japon au Burundi via l’Agence japonaise de coopération internationale (Jica), d’un montant de 3 464 570 dollars américains, sera exécuté dans les quatre provinces pilotes, à savoir Cankuzo, Kirundo, Ngozi et Rutana dans le but de garder en vie et en bonne santé les mères et les enfants.
Dans son allocation, le représentant de l’Unicef, Jérémy Hopkins, a indiqué que ce projet  qui a comme objectif  général l’amélioration de la santé maternelle et infantile dans ces quatre provinces s’inscrit dans le cadre de la disponibilité des services  de qualité offerts aux femmes enceintes et aux enfants de moins de cinq ans.  « Ce projet qui vise plus de 150 000 femmes et 500 000 enfants de moins de cinq ans, y compris 130 000 nouveau-nés, permettra également de renforcer les capacités  des formations sanitaires dans les provinces cibles en termes  d’équipements et matériel ainsi que la disponibilité des produits de base et d’un personnel de qualité pour une bonne prestation des services de santé maternelle et néonatale de meilleure qualité », a-t-il expliqué.

« Eliminer les décès évitables chez les nouveau-nés et  les enfants de moins de cinq ans d’ici 2030 »

Quant à  Ryuichi Kato, directeur général division Afrique de Jica,  il a informé que cette organisation travaille au Burundi depuis 2007, et accompagne le gouvernement  du Burundi dans ses efforts vers la consolidation de la paix et le développement national. Il a ajouté que le présent projet  vient  pour continuer le programme des soins de santé pour les mères et les enfants qui vient de s’achever, lequel visait  la formation  sur l’offre des soins obstétricaux et néonatals essentiels ainsi que  la couverture  en carnet de santé mère-enfant, qui ont contribué significativement à la réduction du taux de mortalité  maternelle et à la promotion de la couverture en santé universelle à l’endroit des bénéficiaires.  « Et l’intégration  de l’indicateur  carnet de santé mère-enfant dans la grille d’évaluation du financement basé sur la performance des formations ainsi que son utilisation comme  outil efficace lors d’enregistrement des naissances constitue et des avancées majeures dans sa promotion », a-t-il affirmé.

« Renforcer et équiper tous les  centres médicaux des provinces bénéficiaires, parmi les résultats attendus »

Pour Joselyne Nsanzerugeze, assistante du ministre ayant la santé publique dans ses attributions, dans son discours, elle a d’abord salué les relations qui existent entre  la république du Burundi et celle du Japon à travers ses  partenaires, tout en appréciant l’impact des différents projets initiés et financés au Burundi dans le but de renforcer  le secteur de la santé et du développement national. Revenant sur le nouveau projet  lancé, elle a informé que ce dernier  vient au moment opportun parce qu’il va aider le Burundi dans l’amélioration de la santé de la mère et de l’enfant des provinces bénéficiaires et le renforcement des capacités du personnel soignant sur l’utilisation du carnet mère-enfant, afin de promouvoir la santé au sein de la communauté. Mme  Nsanzerugeze a terminé son discours en remerciant très vivement  le gouvernement japonais à travers son ambassade et agences de coopération pour son soutien dans le renforcement de la santé de la population, en général, et surtout des mères et des enfants, en particulier.

 Avit Ndayiragije

Ouvrir