Publications de Presse Burundaise, Rohero I Avenue de la JRR N°17 Immeuble le SAVONNIER, Téléphone standard : (257) 22 22 62 32, Fax :(257) 22 22 58 94, email: pressequotidienne@yahoo.fr

Albinos Sans Frontiere> Entretien avec un albinos sur les difficultés rencontrées dans la vie quotidiènne

Leur stigmatation à l’école est à l’orgine de l’abandon scolaire pour certains d’entre eux

001aaaaajjCe mardi 25 septembre 2018, la rédaction du quotidien d’information Le Renouveau s’est entretenue avec un albinos sur la vie quotidienne de ces derniers. Les difficultés sont nombreuses et il doit y faire face pour survivre.


Dans une interview avec le président de l’association Albinos Sans Frontière (ASF) Kassim Kazungu, il a indiqué que l’albinisme est une maladie qui se caractérise par une dépigmentation de la peau. Elle due à l’absence de production de mélanine dans le corps. C’est une maladie génétique. Les cheveux et les poils sont blancs ; l’albinisme peut entrainer un cancer de la peau en cas d’exposition au soleil et cause une diminution de la vue. Pour un albinos, les problèmes ne manquent pas dans la vie de tous les jours. Pour Kassim Kazungu, cela dépend du milieu dans lequel il est. Une personne qui est discriminée, rejetée et même repoussée par sa propre famille ne peut pas vivre sans problème. Souvent, les albinos ne sont pas acceptés par leur père et même leurs frères qui ont un teint noir. seules les mères les accepent car elles ne peuvent pas renier leurs enfants, a ajouté M.KazunguDans les écoles, M.Kazungu a fait savoir que les albinos ont un problème des yeux, ils ont du mal à lire ce qui est au tableau, les autres enfants normaux ne comprennent pas ce qui se passe chez eux et commencent à les repousser.

Tout cela  pousse certains d’entre eux à abandonner leurs études. Mais pour pallier à ce problème, l’association Albinos Sans Frontière a été créé afin de les aider dans tout ce dont ils ont besoin avec l’aide de ses partenaires. Ils organisent des séances de sensibilisation envers les parents afin de leur faire comprendre que l’albinisme est une maladie comme tant d’autres. Malgré cela, le cas des personnes qui ne comprennent pas comment une personne ayant un teint noir peut mettre au monde un enfant de teint clair comme un blanc s’observe toujours. Dans les provinces de Ruyigi, il y a toujours des gens qui crient après un albinos croyant qu’ils peuvent vendre certaines parties du corps d’un albinos et devenir riches, a signalé M.Kazungu.Pour M. Kazungu, le chemin est encore long. Il interpelle tout le monde à changer de comportement envers les albinos parce qu’en eux, il n’y a rien de spécial qui puisse leur faire gagner de l’argent. 

Sonia Busogoro (stagiaire)

Ouvrir