Publications de Presse Burundaise, Rohero I Avenue de la JRR N°17 Immeuble le SAVONNIER, Téléphone standard : (257) 22 22 62 32, Fax :(257) 22 22 58 94, email: pressequotidienne@yahoo.fr

Cardiologie> Tenue du deuxième congrès

Sous le thème : « La prise en charge de l’insuffisance cardiaque »

0001a0011Sous le haut patronage du ministère de la Santé publique et de la lutte contre le sida, la Société burundaise de cardiologie (SBC), a organisé le 2ème congrès de cardiologie à l’intention des professionnels de santé, le vendredi 28 septembre 2018 à Bujumbura. Ce congrès a été organisé sous le thème « la prise en charge de l’insuffisance cardiaque».


Dans son discours d’ouverture, l’assistante du ministre de la Santé publique et de la lutte contre le sida, Jocelyne Nsanzerugeze a fait savoir que les maladies cardio-vasculaires  comme les attaques cardiaques, les accidents vasculaires cérébraux constituent un problème de santé publique. Au Burundi, a dit Dr Nsanzerugeze, selon les résultats de  l’enquête réalisée dans la province de Kirundo en 2013, la prévalence des facteurs de risque est diversifiée. L’obésité à 0.4% ; la surcharge pondérale à 3.1% ; la consommation du tabac à 20% ; la consommation de l’alcool à 88% ; la faible consommation des fruits et des légumes à 91.5% et la faible activité physique à 16.7%. Ces derniers viennent s’ajouter aux principaux facteurs de risque cardio-vasculaires qui sont l’hypercholestérolémie, l’hypertension et les diabètes, a-t-elle ajouté.Dans une interview qu’il a accordée aux journalistes, le président de la Société burundaise de cardiologie Marc Nimburanira a indiqué que l’organisation de ce 2ème congrès de cardiologie rentre dans les missions que la SBC s’est fixées. Il s’agit notamment de la formation continue des professionnels de santé. L’autre objectif est d’informer la population de l’existence de cette maladie et comment la prendre en charge. L’insuffisance cardiaque est là car les professionnels de santé n’ont pas été efficaces au niveau de la prévention, a-t-il dit. L’insuffisance cardiaque se manifeste par une dyspnée au moindre effort, un gonflement des membres inférieurs et  les palpitations. Dr Nimburanira a recommandé aux patients qui ont ces signes de se présenter en consultation pour que les professionnels de santé puissent leur donner des conseils pour se prendre en charge  et leur donner aussi des produits pharmaceutiques  qui peuvent les aider. Comme défis, Dr Nimburanira a évoqué notamment le manque de données statistiques fiables qui permettraient de prendre des décisions.

Martin Karabagega

Ouvrir