Publications de Presse Burundaise, Rohero I Avenue de la JRR N°17 Immeuble le SAVONNIER, Téléphone standard : (257) 22 22 62 32, Fax :(257) 22 22 58 94, email: pressequotidienne@yahoo.fr

Isare> Activités génératrices de revenus

 La production de gravier à partir des cailloux fait vivre les ménages

 DSC 0858Les activités génératrices de revenus sont variées et font gagner de l’argent pour permettre aux ménages de vivre. Elles sont  quelques fois  pratiquées, selon la nature, par telle ou telle autre catégorie de gens ou par toutes les catégories confondues. La production de gravier à partir des cailloux est par exemple pratiquée par toutes les catégories. Hommes, femmes, jeunes et moins jeunes cassent les cailloux en commune Isare et en commune Kanyosha de la province de Bujumbura pour produire le gravier, ce qui leur permet de gagner de l’argent. Ceux de la commune Isare, rencontrés à la colline Karunga se disent satisfaits de cette activité. 


Sans distinction, ni d’âge ni de sexe, certains habitants de Karunga, en commune Isare de la province de Bujumbura pratiquent le travail de production de gravier à partir de cailloux. Marteau dans la main, ils se dirigent vers  cette colline tôt le matin pour battre les cailloux laissés par les vendeurs de pierres de construction. Les hommes et les femmes qu’on a rencontrés entrain de pratiquer cette activité disent que ce travail leur permet de gagner de l’argent pour subvenir à leurs besoins. En effet, disent-ils, une benne pleine de gravier coûte entre cinquante et soixante cinq milles. Mais, tout dépend de la catégorie de gravier, comme il y’en a deux.  Cette activité constitue la fierté chez ceux qui la pratiquent. « Nous venons chaque matin et quand nous travaillons sérieusement, nous pouvons produire une quantité de gravier pouvant remplir une benne pendant une semaine ou un peu plus », disent les femmes rencontrées à cet endroit. Elles ont laissé la question de faire les calculs simples de ce qu’une personne peut gagner pendant un mois si en moyenne on peut produire une benne par semaine. Le sourire aux lèvres, ces femmes disent qu’elles n’ont pas de soucis d’envoyer leurs enfants à l’école, de les faire soigner ou les vêtir et se vêtir. Par ailleurs, pendant les vacances, ces enfants aident leurs parents, soit dans cette activité soit dans les travaux de ménage  pendant que les autres sont en train de  casser les cailloux. Les hommes et les femmes qui font cette activité disent qu’ils le font en association avec les activités ordinaires d’agriculture et d’élevage. Ils se disent satisfaits car, le travail fait trouver toujours de l’argent car, il n’est pas saisonnier.  Alfred Nimbona

Ouvrir