Publications de Presse Burundaise, Rohero I Avenue de la JRR N°17 Immeuble le SAVONNIER, Téléphone standard : (257) 22 22 62 32, Fax :(257) 22 22 58 94, email: pressequotidienne@yahoo.fr

Parle-moi docteur > Les complications liées à la grossesse

Les femmes enceintes doivent consulter un médecin chaque fois que de besoin

DSC09771Les complications de la grossesse sont des troubles qui ne se manifestent que pendant celle-ci. Elles peuvent concerner la femme, le fœtus ou les deux, et survenir à différents moments de la grossesse. C’est pour cette raison qu’une mère enceinte doit suivre les conseils de son médecin en faisant souvent des consultations chaque fois qu’elle ressent une complication.

Dans un entretien qu’il a accordé au quotidien Le Renouveau, Le médecin généraliste au service des urgences au Centre hospitalo-universitaire de Kamenge (CHUK), Lionel Niyukuri, a fait savoir que pendant la grossesse, une femme enceinte peut souffrir de différentes complications. Il s’agit, entre autres, du mal de dos, de la constipation, du diabète gestationnel, de la grossesse extra-utérine, du retard de croissance du foetus, mais aussi de l’incompatibilité du rhésus.Dr Niyukuri a précisé que les complications, telles qu’un placenta mal positionné (placenta praevia) ou son décollement prématuré de l’utérus peuvent provoquer une hémorragie par voie vaginale au cours des    3 derniers mois de grossesse. Les femmes qui présentent un saignement au cours de cette période peuvent perdre leur enfant ou faire une hémorragie grave. Elles ont aussi un risque très restreint de décès durant le travail et l’accouchement. Cependant, de nombreuses complications de la grossesse peuvent être traitées efficacement. 

 Il a cité le mal de dos qui est fréquent pendant la grossesse, particulièrement au troisième trimestre. Il est dû à des modifications mécaniques et hormonales. Il a ajouté la constipation qui est, quant à elle, très fréquente pendant la grossesse. «  Lors d'une grossesse, la constipation est principalement due au changement hormonal, notamment à l'augmentation du taux de progestérone, qui entraîne un ralentissement du transit par le biais d'une diminution de la motilité du tractus gastro-intestinal et par le biais de l'augmentation de l'absorption hydrique dans le côlon. L'utérus gravide, augmenté de volume, provoque aussi une obstruction mécanique du tube digestif, mais ce facteur est minoritaire tout comme la baisse de l'activité physique et la supplémentation en fer », a-t-il mentionné. 

D’autres complications méritent d’être signalées 

Dr Niyukuri a signalé que les fausses couches aussi appelées avortements spontanés, sont les complications de grossesse les plus fréquentes. Cette complication de grossesse entraîne la perte du bébé, car l'utérus n'arrive plus à soutenir le foetus. On estime qu'une fausse couche peut arriver jusqu'à la fin du deuxième trimestre de grossesse. Après cette date, on considère ce phénomène comme une naissance prématurée car le bébé peut survivre seul.Notre source a en outre souligné que le diabète gestationnel est une complication de grossesse qui touche la maman et le bébé.

Du côté de la mère, il peut entraîner des problèmes cardiovasculaires et de l'hypertension, mais le diabète gestationnel touche plus sérieusement le bébé, avec des complications plus graves, telles qu'un retard de croissance, des malformations ou encore une prématurité.Il a également fait savoir que la grossesse extra-utérine n'est pas très fréquente mais représente quand même approximativement 2% des grossesses. Dans le cas d'une grossesse intra-utérine, l'oeuf va se nidifier dans l'utérus tandis que lors d'une grossesse extra-utérine, l'oeuf se nidifie dans la trompe. Dans le cas d'une grossesse extra-utérine, il est impératif de consulter un médecin, car l'embryon n'a pas la place pour se développer dans la trompe et cela peut provoquer des hémorragies importantes.Le retard de croissance intra-utérin signifie que le foetus souffre d'un retard de croissance. Dr Lionel a rappelé qu’il y a plusieurs raisons qui peuvent expliquer ce phénomène. « Dans la plupart des cas, ce retard de croissance est lié à des problèmes de placenta lorsque les échanges entre le bébé et la maman ne sont pas efficaces. D'autres facteurs tels que l'hypertension, la prééclampsie, la drogue, l'alcool ou le tabac peuvent provoquer ce retard de croissance intra-utérin», a-t-il ajouté. De toutes ces complications, Dr Niyukuri à conseille toutes les femmes enceintes de consulter un médecin chaque fois qu’une complication se présente, car, c’est au médecin de juger si cette complication est bénigne ou grave.   

Rose Mpkeerimana

Ouvrir