Publications de Presse Burundaise, Rohero I Avenue de la JRR N°17 Immeuble le SAVONNIER, Téléphone standard : (257) 22 22 62 32, Fax :(257) 22 22 58 94, email: pressequotidienne@yahoo.fr

Quartier> Gestions des déchets ménagers

Une montagne d’immondices s’élève progressivement sur la Rn5

 

DSCO3031Le plus souvent, des choses désagréables naissent devant nos yeux, nous déplorons, mais ne réagissons pas immédiatement. Progressivement, la situation devient alarmante et nous réalisons que nous sommes incapables de trouver la solution, nous regrettons de n’avoir pas agit à temps. Aujourd’hui, une montagne de déchets se forme sur la RN5 au niveau du quartier Carama, demain elle sera bien haute, difficile à rabaisser, on va se poser des questions sans réponses si rien n’est fait dans les meilleurs délais. 

 

Aujourd’hui, sur la route nationale N°5, précisément la route Bujumbura-Bubanza, au niveau du quartier Carama, un dépotoir se crée et grandit progressivement. Des déchets ménagers y sont déposés clandestinement. Mais, les gens les déposent quelques fois pendant la journée avec bien-sûr un œil vigilant; ce qui montre qu’il le font tout en sachant qu’il n’est pas permis d’y jeter  les déchets. Dans des situations pareilles, certaines gens pensent que c’est le rôle de l’administration d’arrêter ce comportement. Ils pensent aussi que c’est elle qui doit s’occuper de décharger ces dépotoirs. Mais, c’est quand le dépotoir devient une montagne, avec tous les dangers que cela présente sur la santé, que la population réalise qu’elle devait réagir face à cette situation. En effet, si tu t’arrête tout près de ce dépotoir, tu vois des gens venir avec des sacs pleins de déchets, ils jettent un coup d’œil tout autour pour voir s’ils ne seront pas dénoncés et jettent ces déchets. Il y en a même qui, visiblement viennent de loin car, ils transportent ces déchets à vélo. Il est vrai que l’administration ne doit pas rester indifférentes devant de telles situation, mais, les habitants proches de cette localité doivent s’impliquer dans la lutte contre de tels cas. En effet, le dépôt de déchets se fait à l’improviste et clandestinement, d’où l’obligation de l’implication des habitants sensés être proches du lieu quotidiennement et en permanence. Certains se posent des questions de savoir pourquoi une telle situation, alors qu’il y a des sociétés qui collectent les déchets des ménages. Sûrement que tout ne se passe pas comme on le pense. Mais, le malheur des uns fait le bonheur des   autres. A cet endroit, il y a toujours des gens qui sont, non pas loin du dépotoir pour attendre celui qui viendrait jeter les déchets pour les fouiller à la cherche des objets métalliques qu’ils vendent par kilogramme. D’autres y cherchent les restes de nourriture. 
Alfred Nimbona 

Ouvrir