Publications de Presse Burundaise, Rohero I Avenue de la JRR N°17 Immeuble le SAVONNIER, Téléphone standard : (257) 22 22 62 32, Fax :(257) 22 22 58 94, email: pressequotidienne@yahoo.fr

Commune Mishiha> Manque d’eau potable à Mwirozi

La population éprouve des difficultés pour trouver l’eau potable

 

DSC01183L’eau c’est la vie, la population de la colline Mwirozi en commune Mishiha de la province de Cankuzo le sait mais, ne trouve pas facilement cette denrée combien utile à l’Homme. Dans cette localité, l’eau potable est difficile à trouver. Comme solution de rechange, les habitants se rabattent sur la rivière Mwirozi et sont victimes de tous les dangers que cela comporte.  

 

L’accès à l’eau potable n’est pas toujours possible pour la population quand nous tous savons qu’elle est une source de la vie. Le manque d’eau potable est l’origine de plusieurs maladies. La population ne parvient pas à trouver facilement l’eau potable. Les habitants de cette localité rencontrés disent qu’ils utilisent cette eau de rivière pour divers besoins.  Ils l’utilisent pour se laver, faire la lessive et la vaisselle.  Mais, il arrive qu’ils la boivent. En effet, disent-ils, les robinets sont très loin, il faut sacrifier plusieurs heures pour s’y rendre. L’accès à l’eau potable n’est pas toujours possible pour la population quand nous tous savons qu’elle est une source de la vie. Le manque d’eau potable est l’origine de plusieurs maladies. La population ne parvient pas à trouver facilement l’eau potable. Les habitants de cette localité rencontrés disent qu’ils utilisent cette eau de rivière pour divers besoins.  Ils l’utilisent pour se laver, faire la lessive et la vaisselle.  Mais, il arrive qu’ils la boivent. En effet, disent-ils, les robinets sont très loin, il faut sacrifier plusieurs heures pour s’y rendre. Les habitants de cette localité boivent également cette eau de la rivière Mwirozi quant ils sont dans leurs champs à proximité d’elle. Ils savent cependant les conséquences de consommer de l’eau sale. « Nous avons toujours des problèmes surtout causés par les vers intestinaux. Nos enfants tombent souvent malades. Or nous ne trouvons même pas toujours les moyens pour les faire soigner », se lamentent-ils. Dans certains cas, pour des raisons de manque de moyens financiers, ils disent qu’ils restent à la maison pour  attendre le salut de Dieu. Ils demandent à l’administration de plaider pour la population de certaines localités qui n’ont pas d’eau potable,  pour qu’il y ait une adduction permettant de trouver facilement de l’eau potable. 

Alfred Nimbona

Ouvrir