Publications de Presse Burundaise, Rohero I Avenue de la JRR N°17 Immeuble le SAVONNIER, Téléphone standard : (257) 22 22 62 32, Fax :(257) 22 22 58 94, email: pressequotidienne@yahoo.fr

Le 1er août > Semaine mondiale de l’allaitement maternelle

Problèmes rencontrés par une femme allaitante séropositive

 

A l’occasion de la semaine mondiale de l’allaitement maternel qui commence le 1er août de chaque année, Le Renouveau s’est entretenu avec une femme allaitante séropositive sur les défis qu’elle rencontre au cours de son allaitement. Elle a cité entre autres le manque d’aliments équilibrés pour un allaitement exclusif jusqu’à six mois. 

 

Goreth N. vit dans la zone Kinama. Elle a fait savoir qu’elle était au courant de sa sérologie au moment où son époux était décédé. Cette femme venait de tomber enceinte. « J’étais inquiète et je me suis dirigée vers un centre de santé pour faire le dépistage. Le résultat a été positif. L’infirmière qui m’a accueillie m’a suggéré de chercher un médecin qui peut me suivre au cours de la grossesse. Ce médecin m’a recommandé de commencer les anti-rétroviraux. A l’accouchement, le bébé était né sain. On m’a demandé de faire un choix entre l’allaitement exclusif et le lait artificiel. Puisque je n’ai pas de moyens financiers, j’ai choisi l’allaitement exclusif », a dit Goreth N.  

Un soutien remarquable s’avère nécessaire 

Notre interlocutrice a indiqué qu’elle a fait face à beaucoup de défis au cours de son allaitement. Elle a précisé que le médecin lui a suggéré d’essayer de manger des aliments équilibrés afin que l’enfant puisse grandir convenablement. « Cela m’a été difficile puisque je n’avais pas de moyens pour me procurer ce dont j’ai besoin pour équilibrer ce que je mangeais. J’ai essayé pendant peu de mois, mais à un certain moment, j’ai constaté que l’enfant commençait à perdre du poids puisqu’il n’était pas satisfait de l’allaitement exclusif. Par conséquent, je me suis décidée de rompre cet allaitement à quatre mois de naissance pour lui donner du lait artificiel », a-t-elle ajouté.De cette expérience, Goreth N. interpelle les associations qui ont l’objectif de la prise en charge des personnes infectées et affectées par le VIH/sida de fournir plus d’efforts chez les femmes allaitantes séropositives afin qu’elles aient ce dont elles ont besoin pour une bonne croissance de leurs nouveau-nés. Elle demande enfin les intervenants dans la lutte contre le sida d’accompagner la politique de la PTME (Protection de la transmission du VIH/sida de la mère à l’enfant) par un soutien remarquable des mères allaitantes séropositives.
Rose Mpekerimana

Ouvrir