Publications de Presse Burundaise, Rohero I Avenue de la JRR N°17 Immeuble le SAVONNIER, Téléphone standard : (257) 22 22 62 32, Fax :(257) 22 22 58 94, email: pressequotidienne@yahoo.fr

AGRICULTURE>La chenille légionnaire d’automne

Elle a des impacts négatifs sur la production agricole

 

DSC 0023La chenille légionnaire est un insecte ravageur qui attaque plus de quatre-vingt espèces de plantes. Elle est originaire de l’Amérique du Sud. Cette chenille a des impacts négatifs sur la production agricole.  

 

Dans un entretien avec Alexis Mpawenimana, chercheur en entomologie à l’Institut des sciences agronomiques du Burundi (Isabu), chargé aussi de la lutte contre la chenille légionnaire, il a fait savoir qu’actuellement au Burundi et ailleurs en Afrique, il y a  eu une nouvelle invasion de la chenille dite légionnaire d’automne. Cette dernière attaque des plantes cultivées mais essentiellement les céréales et les légumes d’importance capitale. A titre d’exemple, elle attaque le maïs, le sorgho, le riz, les tomates, le haricot, etc. La chenille mange les feuilles de ces plantes. Une plante qui n’a pas de feuilles ne peut pas se développer et produire des récoltes. On peut également trouver la chenille dans les épis de maïs et elle mange les grains. Par conséquent, la production chute énormement.M. Mpawenimana a indiqué qu’au Burundi, cette chenille a été signalée en premier lieu au mois de février 2016 dans la province de Cibitoke, plus précisément en commune Rugombo. Dès lors, la direction de la protection des végétaux  a mobilisé des travaux de recherche sur terrain. Ces travaux consistaient à récolter les échantillons de ces chenilles, à les identifier et à proposer des voies de sortie.

Comment lutter contre cette chenille ?

M. Mpawenimana a fait savoir que dès l’apparition de cette chenille, il y a eu des actions qui ont été menées. Au départ, il n’y avait pas de solutions spécifiques pour cette chenille. On a commencé par les voies de lutte qui étaient utilisés pour lutter contre elle. Il y a des agriculteurs qui ont utilisé d’autres techniques locales comme le cendre, le piment, etc. Actuellement, la recherche continue pour qu’on puisse trouver des solutions efficaces et efficientes et qui ne causent pas de problèmes sur l’environnement et la santé humaine.

Lucie Ngoyagoye

Ouvrir