Publications de Presse Burundaise, Rohero I Avenue de la JRR N°17 Immeuble le SAVONNIER, Téléphone standard : (257) 22 22 62 32, Fax :(257) 22 22 58 94, email: pressequotidienne@yahoo.fr

Les malades chroniques> Leurs familles en sont affectées

Ils sont dans les familles qui s’occupent d’eux. Ils exigent des soins intenses et une attention particulière afin de pouvoir vivre sainement. Les coûts de leurs soins sont parfois exorbitants et certaines familles ne peuvent pas se l’offrir. Ce sont des malades chroniques. Ils doivent se faire soigner ou se soigner tous les jours et surveiller leur santé. Ce qui demande un soutien et un appui.Ils sont dans les familles qui s’occupent d’eux. Ils exigent des soins intenses et une attention particulière afin de pouvoir vivre sainement. Les coûts de leurs soins sont parfois exorbitants et certaines familles ne peuvent pas se l’offrir. Ce sont des malades chroniques. Ils doivent se faire soigner ou se soigner tous les jours et surveiller leur santé. Ce qui demande un soutien et un appui.
En discutant avec les malades, il est question de savoir que vivre avec une maladie chronique au Burundi est un défi majeur pour sa famille. Cette dernière doit parfois se sacrifier afin de laisser une grande place au malade. Les finances de la famille en sont affectées car la plus grande partie est consacrée aux médicaments du malade. Lesquels médicaments sont chers. Certains malades demandent des soins intenses et des médicaments à prendre tous les jours, avec un régime alimentaire exigeant. Pour cela, ceux souffrant de diabète par exemple auront leur régime , tandis que ceux souffrant de problèmes de tension artérielle en auront un autre. Ainsi, pour maintenir ce malade en bonne santé, les familles doivent pourvoir tout ce dont il a besoin afin de le maintenir en vie longtemps. Pire encore, certains malades doivent être hospitalisés, ce qui augmente les frais car il faut se déplacer tous les jours pour leur apporter à manger et payer les frais d’hospitalisation.C.N vit avec le diabète. Cela fera  bientôt  plus de quinze ans. Pour elle, plus on s’habitue à la maladie, plus elle devient normale et on vit avec. Elle conseille que les malades qui le peuvent suivent le régime leur prescrit par le médecin afin de pouvoir aider la famille à survivre. En effet, ceux vivant avec des maladies chroniques ne sont pas des infirmes. Ils peuvent exercer normalement des activités et pourvoir aux besoins de la famille. Pour elle, le sport et de petites activités ménagères aident le malade à continuer à vivre sans toutefois se soucier de sa maladie. Cela l’aidera aussi à s’activer afin d’aider sa famille au lieu d’être une charge. Toutefois, comme certains médicaments sont chers et que certains malades ne peuvent pas se les procurer facilement, ces malades demandent à ce qu’il y ait une diminution des prix ou une exemption sur certains médicaments. Etant donné que ce sont des médicaments qui sont pris tous les jours, le coût de la vie devient exorbitant pour ces malades.
Blandine Niyongere

Ouvrir